Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de irene.autour-de-la-naissance
  • : échanger des vécus, des expériences autour de la grossesse, la naissance, l'allaitement, l'accompagnement haptonomique
  • Contact

Texte Libre

Recherche

29 avril 2020 3 29 /04 /avril /2020 02:23

Je vous recommande chaleureusement la rencontre avec Martin Winckler demain mercredi 29 avril à 17h au Club Femmes Ici et Ailleurs

Martin Winkler, médecin qui vit au Canada maintenant, a beaucoup écrit sur les violences médicales ("Les Brutes en Blanc",) la médecine, la santé et les violences obstétricales

la Maladie de Sachs" Choeur de femmes"  "l'école des soignantes" etc il sera important de discuter avec lui sur les violences qui nous sont imposées actuellement autour de la mort...et de la naissance

C'est une bonne occasion de découvrir le magazine Femmes Ici et Ailleurs et son Club qui organise en ce moment presque tous les jours des rencontres avec des femmes formidables et même des hommes tel Martin Winckler car il s'implique beaucoup pour les Droits des Femmes!

Le magazine est génial aussi: il vous en coutera 5 euros par mois (ou 60 par an) mais cela le vaut bien

Il faut s'inscrire au moins une heure avant la réunion et peut être encore plus tôt car il risque d'y avoir du monde

https://www.editions-8mars.com/

 

Partager cet article
Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 22:07

Conversation dans une voiture de retour d'un repas de famille (c'était "AVANT")

Elle:"ah! Heureusement que tu as fini par comprendre que je ne voulais absolument pas embrasser ton vieil oncle Raoul!" "je sentais que tu étais prêt à me pousser vers lui"

Lui: "Mais vraiment! qu'est ce qui t'a pris? je ne comprends pas tes réticences! c'est pas très poli! et puis tu sais bien qu'il est tout seul, il était content de nous voir! t'aurais pu faire un effort quand même! qu'est ce que tu lui trouves?"

Elle: "je ne sais pas moi! d'abord, il ne sent pas toujours bon et puis...il a parfois des remarques ou même des gestes déplacés! Bref! j'ai pas envie! et j'ai pas besoin de me justifier! On est quand même libre, non? d'embrasser qui on veut et de ne pas le faire si on ne veut pas"

Lui; "Tu aurais pu me le dire! j'aurais compris! je n'aurais pas insisté"

Elle: "Mais je n'ai pas besoin de te le dire! Tu n'avais qu'à sentir et respecter mes réticences"

Bien sûr, cette conversation est totalement improbable car, quel adulte insisterait ou même forcerait un autre adulte à embrasser une troisième personne?...

Pourtant, à combien d'enfants inflige t on ce scénario qui vire à la crise de larmes chez l'enfant qui trépigne et refuse, à l'adulte qui s'énerve et se fâche et à la grand tante, la voisine, la grand mère(!?) très vexée

Quelque soit son âge, un-e enfant doit être libre de ses choix, libre de son corps et apprend ainsi à être respecté-e et à se respecter. C'est aussi une très bonne prévention pour se protéger des gestes qui peuvent être déplacés, simplement gênants ou carrément condamnables

Apprendre le respect d'eux mêmes à nos enfants, ça commence par les respecter...

 

Combien de femmes enceintes m'ont aussi dit être choquées/ énervées/ désemparées devant les ami-e-s la voisine, la belle mère qui leur touchent le ventre sans leur demander l'autorisation, un peu comme s'il s'agissait de toucher le pompon d'un marin? C'est sans doute à ce moment là qu'il faut calmement mais fermement expliquer à ces personnes "indélicates" qu'on ne touche pas sans demander...

Car ces mamans là seront sans doute, encore plus énervées/ choquées/désemparées quand une passante dans la rue, une cliente dans un magasin viendront "papouiller" leur bébé, lui passer la main dans ses cheveux  ("oh! qu'il/elle est mignon/ne!" sans parler des postillons!)  mais aussi la voisine ou la belle-mère qui va le sortir de son lit, de son parc toujours sans avoir demandé ni aux parents et encore moins à l'enfant... Oui, à ce moment là ce sera encore plus énervant car c'est la mère responsable de l'enfant qui doit le protéger de ces gestes là. Et quand il se blottit dans vos bras en cachant sa tête dans votre cou et parfois en pleurant, il ne faut pas se réfugier derrière l'excuse que "il a neuf mois, il commence à être timide/craintif? devant les étrangers" non, c'est simplement qu'il cherche à exercer son vouloir ou non-vouloir et que c'est à vous de l'aider à l'exercer; de lui confirmer que personne n'a le droit de le toucher sans son accord et d'essayer  de faire passer ce message à l'entourage!

Combien de gestes, sans même parler de gestes incestueux, mais de gestes "déplacés", de harcèlement etc viennent de limites, de ligne rouge qui ont été franchies souvent parce que méconnues d'un côté comme de l'autre; même si du côté adulte la transgression de ces limites peut être plus ou moins consciente...

Peut être que le point positif du confinement que nous vivons est d'imposer des distances que nous n'osons pas toujours mettre?

 

 

Partager cet article
Repost0
16 avril 2020 4 16 /04 /avril /2020 11:27

cet article date un peu tant les "choses" évoluent vite en ce moment.
il nous faut faire "avec" des consignes paradoxales ou même carrément contradictoires mais bien dans la ligne du "en même temps":

"restez chez vous" mais en même temps "allez travailler" car il faut bien faire tourner l'industrie même celle qui n'est pas essentielle ...sauf aux actionnaires!

"portez un masque" mais nous ne les avons pas encore reçus"

Faites du vélo pour aller faire vos courses mais pas pour accompagner vos enfants qui, eux, peuvent en faire

n'allez pas vous promener tout seul dans la forêt mais allez ramasser des fraises

N'allez pas au marché mais plutôt au supermarché!

remettez vos enfants à l'école (pour que vous puissiez retourner travailler?) alors que les consignes de sécurité y seront très difficiles à respecter, mais n'allez pas au cinéma (qui pourrait condamner 3 sièges sur 4?) et surtout ne parlez pas ,même à travers une fenêtre, à votre grand mère confinée dans son EHPAD (depuis que les maisons de retraite s'appellent ainsi , leur situation s'est de plus en plus dégradée) ...jusqu'à ce que "mort s'ensuive", mort dont vous ne pourrez pas faire le deuil dans des conditions respectueuses de l'humain

et ainsi de suite ...mais je m'égare

Voici donc un article sur la situation dans le grand est du point de vue des sages femmes, quand le confinement a commencé

 

https://profession-sage-femme.com/dans-les-maternites-du-chu-de-strasbourg-le-covid-19-bouleverse-lorganisation/

Partager cet article
Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 15:57

Bonjour,

Maintenant que j'ai retrouvé mon blog, je vais pouvoir rattraper mon retard et venir vers vous plus souvent!

Je sors d'une réunion avec une jeune femme passionnante!!

Elle est dessinatrice, c'est son congé de maternité qui lui a permis de se lancer pour vivre de sa plume!

elle dessine beaucoup sur la parentalité bienveillante (en représentant l'enfant sous forme d'un-e adulte à qui on imposerait des situations contestables: son livre "Changement d'angle" va bientôt sortir et est à commander sur ulule!) Mais elle fait aussi des portraits très émouvants de femmes tuées par leur conjoint (ou même d'enfants victimes aussi de violences). Elle s'/nous interroge sur les comportements sexistes, l'écologie et bien d'autres choses encore avec une finesse de plume et de coeur et des valeurs que nous partageons ici!

Bonus perso de cette rencontre: je découvre Instagram pour la suivre (et sur FB aussi!)

je vous donne ses coordonnées :

https://www.instagram.com/fannyvella/?hl=fr

j'espère que vous aurez envie de commander son livre (ou de vous le faire offrir!) je lui ai demandé si elle voulait bien mettre quelques un de ses dessins ici!! à suivre donc

 

mais vous devez vous demander pourquoi j'ai écrit , en ces temps confinés, que je sortais d'une réunion et ça, c'est l'autre info, sans doute encore plus importante que la première!

 

Je suis abonnée au magazine FEMMES ICI ET AILLEURS et de ce fait partie du club qui y est rattaché

FIA c'est un magazine super qui, tous les deux mois nous donne plein d'infos (photos, reportages, histoire etc) sur des femmes innovantes, célèbres ou inconnues, d'ici et d'ailleurs, actuelles ou du passé...rien que ça c'est génial!

Mais le Club FIA organise régulièrement des rencontres sur des sujets passionnants ou avec des femmes qui le sont tout autant , et pendant ce confinement, il se surpasse en rencontres (presque une par jour!):

aujourd'hui: Fanny Vella donc; la semaine dernière Justine Masika Bihamba qui nous a parlé depuis Goma-Kivu en RDC- de l'accompagnement qu'elle a mis en place auprès des femmes victimes de viols de guerre pour les aider à se reconstruire psychiquement et socialement (si vous voulez l'écouter et découvrir cette femme généreuse et courageuse, présentée pour le Prix Nobel de la Paix, elle va revenir); demain, l'amie et biographe de Simone de Beauvoir (!!!) Martin Winkler (auteur de "Choeur de femmes" oui, il y a aussi des invités masculins) est attendu dans deux semaines

Bref, je vous suggère d'y aller voir de plus près aux

"editions du 8 mars" et de rejoindre le magazine et en même temps le Club, pour...5 euros par mois (ou 60 par an) je pourrais être votre "Marraine" ce qui ne m'apportera rien à part un grand honneur

https://www.editions-8mars.com/

je crois qu'il y a des pages ou même un magazine en accès libre?

 

Prenez bien soin de vous et n'hésitez pas à envoyer vos commentaires et à en parler autour de vous!

Partager cet article
Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 13:45

Grâce à cette (sage) femme, le métier a pu évoluer et acquérir des lettres de noblesse.

À noter ce qu'elle dit sur le comportement de la sage femme lors d'un accouchement: Pourtant il y a fort à parier qu'elle n'avait jamais entendu parler d'ocytocine, endorphines etc...

Dans mes souvenirs, elle figure au Musée de la Médecine à Rouen

 

http://www.medarus.org/Medecins/MedecinsTextes/du_coudray.htm

Partager cet article
Repost0
14 avril 2020 2 14 /04 /avril /2020 12:24

Après bien des ennuis pour pouvoir contacter l'administration et récupérer un mdp, me voici à nouveau!

Excusez moi de ce long silence!

La situation est inédite, exceptionnelle, quasi surréaliste mais aussi facilement anxiogène pendant la grossesse ou avec l'arrivée de bébé

Je m'organise pour faire des séances en visio, comme cela est maintenant rendu possible par la Sécurité Sociale!

C'est un peu spécial en Haptonomie, la science (ou l'art!) du toucher, aussi cela n'est possible qu'avec des couples déjà bien avancés dans l'accompagnement hapto (et qui ont dû remarquer que plus les séances avançaient , moins je touchais directement le bébé, car les couples sont tout à fait capables de le faire personnellement!)

En attendant un article plus structuré, quelques enregistrements que je vous avais mis de côté:

https://blogs.mediapart.fr/marie-helene-lahaye/blog/290320/quand-est-en-guerre-n-accouche-pas-sur-le-front?fbclid=IwAR0ZrJboPcbJCweyejzLSRKCldDzFMuwjrdGwTRSlhxAC7S3stp7wjzcbY8

 

et aussi

les consignes de l'OMS

 

https://www.who.int/fr/news-room/q-a-detail/q-a-on-covid-19-pregnancy-childbirth-and-breastfeeding?fbclid=IwAR1cBLpN1d1Mr_AGWo6Ma0hgcjRUjbOK6_NJpAiUWZvmImGh9boI3JUXfG4

Partager cet article
Repost0
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 20:15

Je vous transmets ici les infos sur la présence d'un accompagnant pour la femme lors de son accouchement...

En effet divers bruits ont circulé ou plutôt des attitudes différentes selon les maternités ont eu de quoi inquiéter les couples . Il est vrai qu'il est dur de s'y retrouver avec des prises de position souvent incohérentes, voire irresponsables et dangereuses prises par ceux qui devraient prendre leurs responsabilités (et n'auraient pas dû préférer leurs profits à notre santé mais ce n'est pas le lieu d'en parler.)

Je fais un autre article sur ce que font toutes les sages femmes libérales en ce moment...

 

L'Organisation Mondiale de la Santé vient d’affirmer expressément que le Covid-19 ne doit pas empêcher les femmes de vivre l'accouchement comme une expérience positive. Cette instance internationale rappelle les cinq principes de base de l'accouchement respecté, y compris lorsque la femme est elle-même porteuse du virus. Les parturientes ont droit à :

  • un traitement sûr et respectueux de la dignité humaine
  • être accompagnée par la personne de leur choix
  • une communication claire de la part de l'équipe médicale
  • une stratégie de réduction de la douleur
  • une mobilité durant le travail et le choix de la position au moment de l'expulsion.

En France, le docteur Philippe Deruelle, Secrétaire général du Collège des Gynécologues et Obstétriciens français, lui-même praticien en Alsace (au cœur du foyer de contamination du Covid-19), a diffusé des recommandations pour soutenir la présence du partenaire auprès des femmes qui accouchent.

Il précise les règles d'hygiène et de sécurité, notamment le fait que le père doit être asymptomatique. Il recommande de transmettre au père les consignes suivantes avant l'accouchement :

  • Le père ne peut pas être présent en cas de césarienne
  • Le confinement est la règle en salle d'accouchement :
    • Pas de sortie du père de la salle pendant toute la durée de l'accouchement sous aucun prétexte (boire, manger, fumer…). En cas de sortie, il doit quitter définitivement l'hôpital ;
    • Le père doit sonner pour aller aux toilettes ;
    • Il doit prévoir dans le sac d'accouchement des aliments type barre de céréales, biscuits… Un repas sera proposé seulement dans la mesure du possible ;
    • Le père ne peut pas accéder au service d'hospitalisation. Son départ se fait le deuxième heure qui suit l’accouchement et il revient pour chercher sa conjointe.

Ces recommandations sont bien sûr réévaluables jour après jour en fonction de l’évolution de la situation sanitaire. Elles doivent néanmoins être adaptées en grande intelligence entre les contraintes et la sécurité des soignants et l’importance de préserver ce moment exceptionnel pour les femmes et les couples qu’est l’accueil de leur enfant.

A l'hôpital Érasme à Bruxelles, les accouchements et toutes les urgences qui ne sont pas en lien avec l'épidémie sont pris en charge comme d'habitude, donc y compris en permettant l'accompagnement du conjoint. La Dr Caroline Daelemans, cheffe de service, précise que les modalités de prise en charge ont néanmoins été adaptées, en particulier lorsque la patiente présente des symptômes de contagion au virus. Cette prise en charge est décidée au cas par cas, en concertation avec les médecins et la patiente : "Si une patiente présente des symptômes qui pourraient faire penser au coronavirus, elle est invitée à contacter la maternité pour organiser un trajet de soins adapté. En cas d’urgence, elle ne doit pas se présenter directement dans le service, mais toujours passer par les Urgences".

Pour qu'un accouchement se passe bien, une hormone essentielle doit être produite par la future mère : l'ocytocine

L'importance de la sécurité affective pour la femme qui accouche

Si la présence d'un·e proche lors de l'accouchement peut sembler un luxe en cette période de contamination mondiale, elle est pourtant essentielle aux femmes qui enfantent parce qu'elle leur garantit un minimum de sécurité affective. La science est formelle: lorsque les femmes se sentent en sécurité et sont accompagnées par une personne tout au long de leur accouchement, le risque de complications diminue et l'accouchement se passe plus rapidement.

►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici

De plus, pour qu'un accouchement se passe bien, une hormone essentielle doit être produite par la future mère : l'ocytocine. Cette hormone se diffuse dans le corps lorsque l'on se sent bien, lors d’un coup de foudre, d’un fou rire ou d’un orgasme. Cette hormone est aussi appelée "l'hormone de l'amour". L’ocytocine est antagoniste à une autre hormone, l'adrénaline. L'adrénaline est produite lorsqu'on a peur, en situation de stress, dans un environnement angoissant.

On peut donc aisément comprendre l'impact sur l’accouchement d'une femme qui se trouve déjà dans une maternité où les soignants sont épuisés, en sous-effectif, soumis à des contraintes encore plus fortes, et où elle craint d'attraper elle-même le virus. Cette situation déjà très stressante peut être encore aggravée si elle est seule, abandonnée à elle-même, alors qu'elle comptait sur le soutien de son compagnon ou de sa compagne dans ce moment de paroxysme physique, psychique et émotionnel qu’est la naissance de son enfant.

Un risque accru de violences obstétricales

Si les témoignages de refus d'accompagnement des futures mères lors de leur accouchement ont été les premiers à émerger, depuis quelques jours d'autres témoignages font craindre une recrudescence des violences obstétricales et d’actes non médicalement justifiés dans ce moment de crise sanitaire.

Certaines femmes se sont vu subitement proposer une césarienne par leur gynécologue alors que leur grossesse ne présentait aucun risque, ce dernier arguant d’une plus grande sécurité pour leur accouchement, ce qui est douteux sur le plan scientifique et médical. Dans d'autres maternités, les déclenchements se font sur toute femme qui se présente en fin de grossesse, prétendument pour éviter des allers-retours des femmes entre l'hôpital et leur domicile.

Il est très probable que des accouchements soit accélérés, notamment par l'usage de ventouse, de forceps ou d’une césarienne d'urgence, pour pallier les difficultés d’un personnel médical mis sous tension supplémentaire à cause du virus. Ces pratiques sont inacceptables. Rien ne peut justifier de maltraiter les femmes quand elles accouchent, pas même le Covid-19.

L'urgence de repenser l'organisation des naissances

En cette période de confinement, des sages-femmes relatent avoir été contactées par des femmes en fin de grossesse qui envisagent un accouchement à domicile. Elles ont malheureusement dû leur refuser leurs services, étant donné qu'un accouchement à domicile ne s'improvise pas et qu’elles sont elles-mêmes fragilisées en tant que professionnelles par la situation sanitaire globale et le manque de reconnaissance de leur pratique.

Certaines femmes se sont vu subitement proposer une césarienne par leur gynécologue alors que leur grossesse ne présentait aucun risque

Néanmoins, lorsque l'urgence sera passée, il sera nécessaire de repenser la politique de la naissance.

L'hôpital, ce lieu dédié aux soins des maladies, ne doit plus être le seul lieu pour donner naissance. L'accouchement à domicile tel qu'il est pratiqué aujourd'hui, présente toutes les garanties de sécurité pour les mères et les bébés, pour les accouchements à bas risques accompagnés d'une sage-femme. Les maisons de naissance, en tant que petites structures gérées par des sages-femmes qui respectent la physiologie des accouchements, sont plébiscités par un grand nombre de femmes (voir notamment l'enquête de l’IPSOS où 9 Françaises sur 10 plébiscitent ce type de lieu d'accouchement). Cerise sur le gâteau, promouvoir l'accouchement à domicile ou en maison de naissance permet de faire de sérieuses économies à la sécurité sociale.

De nombreuses voix s'élèvent déjà pour démontrer les failles de notre système économique mondialisé qui nous prive de certains produits essentiels tel que les masques médicaux produits à l'autre bout du monde. C'est l'occasion rêvée de mettre en place un nouveau système qui place les femmes au centre de la politique des naissances, en leur garantissant la liberté et la bientraitance.

Marie-Hélène Lahaye est une féministe, juriste, blogueuse et lanceuse d'alerte belge. Depuis 2013, elle tient le blog Marie accouche là qui a pour but "l'exploration féministe et politique autour de la naissance". 

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 13:05

Je n'avais jamais lu ce livre, ni connu son origine...mais j'apprends qu'il a été écrit Boccace et des jeunes Florentin-e-s (sept jeunes filles, 3 jeunes gens) confiné-e-s à la campagne pendant une épidémie de peste! Un bel esprit fonde un groupe de ce genre sur les réseaux sociaux (vive la technologie moderne) je rejoins le projet et me voilà avec un texte à écrire sur un thème qui change tous les jours...

je vous confie celui d'hier

""Le Decameron de Bocacce est un livre majeur de la littérature européenne mais que très peu de gens, moi y compris, ont lu. C’est sûrement le moment de s’y intéresser. Le principe est simple : pendant la Peste noire de 1348, dont l’auteur était contemporain, sept jeunes filles et trois jeunes garçons de la haute société florentine s’isolent dans la campagne, au bord de l’Arno, pour échapper à l’épidémie. Ils profitent de la nature, s’aiment, essaient d’oublier et décident de raconter chacun-e une histoire par jour dont le thème est imposé par l’un-e d’entre elleux."

 

LA NATURE REPREND SES DROITS

 

Depuis la nuit des temps, l’homme détruit la nature

En tous lieux et toujours, lui mène la vie dure

Pourtant Dame Nature toujours reprend ses droits

Sans nul doute, à la fin, c’est elle qui vaincra

 

La Grande Guerre a bien saccagé le pays

Labours, bois et forêts complètement détruits

Mais du sang des soldats, le blé a su germer

Et dans les trous d’obus les arbres ont repoussé

 

Une bombe anéantit la ville d’Hiroshima

Gens et sols pour longtemps se trouvent irradiés

Mais voilà que jaillit un gingko biloba

Justement nommé arbre de longévité

 

Dans Venise aujourd’hui que le tourisme a fui

Voici que les canaux s’en trouvent purifiés

Et dans tous les pays frappés de pandémie

Voici que l’air d’un coup se trouve moins pollué

 

Partout et sans cesse, l’homme pollue, détruit

Et de la terre toute entière, il se prend pour le roi

Mais toujours la Nature sait reprendre ses droits

Car ce qu’elle garantit, avant tout c’est la vie

 

Mais n’abusons point d’elle, au contraire, prenons soin !

Car elle sait nous soigner quand on en a besoin

 

Irène 22mars 2020

 

 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2020 7 22 /03 /mars /2020 23:37

Un peu de douceur avant d'aborder les sujets plus douloureux de la situation que nous traversons en ce moment, chacun, chacune avec son vécu et ses problèmes

La lettre vient d'un site: L'ÉCOLE DU BIEN NAITRE

 

Chère maman, cher papa
🤍
« N’attendez pas trop de moi qui suis un nouveau-né ou de vous-même comme parents. Donnez-nous six semaines comme cadeau de naissance : six semaines pour que je puisse grandir, me développer et être plus stable et plus prévisible ; six semaines pour vous reposer, vous détendre et permettre à votre corps de revenir à la normale.
🤍
Nourrissez-moi quand j’ai faim. Je n’ai jamais connu la faim dans le ventre et les horloges et horaires ne veulent pas dire grand-chose pour moi.
🤍
Portez-moi, câlinez-moi, embrassez-moi, touchez-moi, caressez-moi et chantez-moi des chansons. Dans le ventre, j’étais toujours près de vous et je n’ai jamais été seul avant.
🤍
Pardonnez-moi si je pleure beaucoup. Je ne suis pas un tyran envoyé pour rendre votre vie misérable, c’est le seul moyen que j’ai de vous dire que je ne suis pas heureux. Supportez-moi et très bientôt, en grandissant, je pleurerai moins et je serai plus sociable.
🤍
Prenez le temps de me connaître, de voir comme je suis différent de vous et ce que je peux vous apporter. Observez-moi et je vous dirai ce qui m’apaise, me console et me fait plaisir.
🤍
Souvenez-vous que je suis flexible et que je peux résister aux erreurs que vous ferez avec moi. Tant que vous agissez avec amour, je ne peux pas être blessé.
🤍
Ne soyez pas déçus quand je ne suis pas le bébé parfait que vous attendiez ou avec vous-mêmes quand vous n’êtes pas des parents parfaits.
🤍
Faites attention à vous : mangez équilibré, reposez-vous et faites de l’exercice. Comme ça, quand on est ensemble, vous avez la patience et l’énergie pour prendre soin de moi. Pour gérer un bébé difficile, rien de tel qu’une Maman reposée.
🤍
Faites attention à votre relation de couple. Comment créer des liens de famille s’il n’y a pas de famille ?
🤍
J’ai peut-être chamboulé complètement votre vie, mais gardez en tête que les choses reviendront rapidement à la normale.
🤍
Profitez de moi, je ne serai plus jamais si petit ! »
🤍
lettre anonyme publiée par la maternité écossaise NHS Ayrshire

Partager cet article
Repost0
19 mars 2020 4 19 /03 /mars /2020 23:41

Je vous ai déjà parlé de ce magazine (associé à l'Association Nationale des Sages Femmes Libérales)

voici les superbes initiatives qu'il lance pendant ce confinement

 n'hésitez pas à vous inscrire et à rejoindre le groupe!

 

 
Bonjour à toutes et à tous,
 
En cette période particulière, nous allons faire vivre le Club AUTREMENT durant les prochaines semaines : les évenements Femmes ici et ailleurs vont se démultiplier en ligne et nous permettre de continuer à partager et à nous enrichir ENSEMBLE !
 
Retrouvons-nous régulièrement, par écrans interposés, pour des rencontres inspirantes, des conférences-échanges, quiz... autour de quatre thématiques : inspiration, fun, développement personnel et chronique du confinement. 
 
N'hésitez pas à en parler autour de vous pour que nous soyons toujours plus nombreuses et nombreux à rejoindre l'aventure Femmes ici et ailleurs
 
Continuons plus que jamais, à nous retrouver et à faire vivre l'enthousiasme Femmes ici et ailleurs... juste parce que ça fait du bien ! 
 
A très vite. 
Marie
 
 
AU PROGRAMME CES PROCHAINS JOURS
 
Rendez-vous :
 
 
VENDREDI 20 MARS DE 10H30 À 11H30 | MARDI 24 MARS DE 10H30 À 11H30
BLIND TEST
 
 
Rendez-vous pour un blind test autour de chanteuses d'hier et d'aujourd'hui. Ambiance et rires garantis !
 
Pour vous inscrire : 
- vendredi 20 mars, cliquez ici
- mardi 24 mars, cliquez ici
 
Nombre de places limité à 20 personnes. 
 
VENDREDI 20 MARS DE 14H À 15H30
FEMMES ET SANTÉ
 
Les spécificités de la santé des femmes commencent à peine à être prises en compte. Des facteurs biologiques, psychologiques... sont à l’origine de différences entre les femmes et les hommes dans les prévalences de maladies, leur diagnostic et leur traitement. Les enjeux sont, littéralement, vitaux.
 
Avec Muriel Salle, membre active du Club, maîtresse de conférences et coautrice de Femmes et santé, encore une affaire d'hommes ?
 
Nombre de places limité à 50 personnes. 
 
Je m'inscris >>
 
 
DIMANCHE 22 MARS DE 19H À 20H
APÉRO EN LIVE
 
 
Bienvenue pour un apéro Club Femmes ici et ailleurs !
 
L'occasion de s'aérer la tête et d'échanger avec d'autres membres du Club dans la bonne humeur. 
 
Je m'inscris >>
 
LUNDI 23 MARS DE 10H30 À 11H30
QUIZ #1
 
Vous avez envie de tester vos connaissances sur des femmes de la petite et grande histoire ? C'est le moment !
 
Nombre de places limité à 20 personnes. 
 
Je m'inscris >>
 
 
LUNDI 23 MARS DE 14H À 15H
RENCONTRE AVEC NANDA
 
 
Certaines et certains d'entre vous l'ont peut-être déjà rencontrée lors d'un Rendez-vous Inspiration.
 
La slameuse Nanda nous fait le grand plaisir de venir de nouveau échanger avec les membres du Club. Elle vous racontera son parcours, son amour des mots... et nous livrera quelques-uns de ses slams.
 
Nombre de places limité à 50 personnes. 
 
Je m'inscris >>
 
A noter : le planning des événements peut être appelé à changer en fonction de l'affluence. Ne vous inquiétez pas si vous avez loupé une rencontre par manque de places, nous vous proposerons un nouveau rendez-vous. 
Partager cet article
Repost0