Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de irene.autour-de-la-naissance
  • Le blog de irene.autour-de-la-naissance
  • : échanger des vécus, des expériences autour de la grossesse, la naissance, l'allaitement, l'accompagnement haptonomique
  • Contact

Texte Libre

Recherche

/ / /

 

 

Actuellement, si on n’y prend pas garde, les classiques « 85% physiologiques » et « 15% pathologiques » sont en train de devenir 50%/50% et risquent même de s’inverser !...

Le suivi  de la naissance tel que le proposent les hôpitaux et maternités est : incomplet, morcelé selon des « appareils », des organes, et est à orientation médicale, chirurgicale, sans rechercher l’état du terrain (psychologique et physiologique) de la femme dans son environnement…

La société de consommation actuelle, les médias et le monde médical tendent à créer, un suivi fabriqué aux ocytocines- monitoring- péridurale- systématique en dehors des propres forces de la mère et sans nécessités pathologiques (mais pouvant les susciter !)

 

Si on ne fait pas cet accouchement dirigé, il s’agit de faire de l’accompagnement des naissances, moment essentiel de la création du lien MERE/PERE/ENFANT, manifestation des désirs et des vécus, en respectant la physiologie de chaque femme…

 Il faut encourager les femmes à suivre leur instinct profond, leur énergie vitale sans qu’elles cherchent à mettre en pratique ce qu’elles ont appris ou entendu dans leur passé lointain ou ...récent ! Pour cela il faut leur assurer un environnement de bien être et de sécurité affective !

 

Pour favoriser un accouchement heureux, il faut veiller à éviter les facteurs de stress et encourager la fabrication d’endorphines chez la femme (et d’ocytocine naturelle), il faut soutenir la femme dans son vécu instinctif, dans sa « régression » (terme qui a une consonance péjorative mais qui veut seulement dire que la femme retrouve ses instincts !)

Ce n’est pas tant que la femme maîtrise son accouchement et « assure » ou soit à la hauteur qui soit nécessaire mais qu’elle suive son instinct ! Encore faut-il que la mère et le père puissent vivre leur histoire, être autonomes et non être pris en charge, ce qui devient de plus en plus difficile avec toutes les sollicitations, les pressions sociales et médicales et la prise en charge institutionnelle entre médicalisation/péridurale/ hôtellerie qui risquent de compter plus que l’aventure de vie volontairement assumée …

Favoriser la fabrication des hormones anti-stress et donc la santé de la mère et de l’enfant et le bon déroulement de l’accouchement (contractions plus efficaces et mieux supportées !) c’est :

Veiller à diminuer les stimulations sensorielles, visuelles, auditives qui ne sont que des perturbations dans le déroulement de l’accouchement : le silence, la pénombre et l’utilisation de l’eau permettent à la femme de retrouver son instinct, s’il existe en plus la liberté du corps et des postures…

 

POUR ENFANTER, LA FEMME A BESOIN :

 

  • De sa liberté de position
  • De sa liberté de choix tant pour les personnes présentes que pour le lieu d’accouchement.
    Le partenaire, les ami(e)s, la famille favorisent le sentiment de repos, de confiance, de détente
  • De l’accompagnement global technique et affectif respectueux d’une sage-femme (et de toute l’équipe)

    Notes réalisées à partir des interventions de Jeannette Bessonart

Partager cette page

Repost 0
Published by