Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de irene.autour-de-la-naissance
  • Le blog de irene.autour-de-la-naissance
  • : échanger des vécus, des expériences autour de la grossesse, la naissance, l'allaitement, l'accompagnement haptonomique
  • Contact

Texte Libre

Recherche

/ / /

 

 

La mère en position verticale garde « les deux pieds sur terre » ;

Elle n’est pas malade, elle communique par ses paroles, son regard, sur un mode d’égalité avec l’entourage et non pas avec un entourage « au-dessus d’elle »

La position verticale favorise la dignité et le respect de toutes les personnes présentes à l’enfantement

La mère n’est pas mise couchée, en position d’infériorité (comme une tortue sur le dos, comme le loup ou le chien qui se soumet au chef de meute !) en position gynéco-logique (=logique pour le gynéco !) avec ses organes génitaux  et sa nudité exposés à la vue de tous, (infériorité qui peut être accentuée par la crainte, la honte de la sortie de matières fécales) : cela ne peut qu’être inhibiteur de l’énergie vitale dont la femme a tellement besoin à ce moment-là

La position verticale profite aussi aux témoins de la naissance, qui voit une femme dans son intégralité, active et une naissance vécue et non subie

 

AUTRES AVANTAGES DE LA POSITION VERTICALE :

 

  • Mobilité et ouverture  du bassin vers l’arrière et au niveau du pubis plus grande que quand le bassin rencontre la contre-pression du lit en position couchée sur le dos
  • L’utilisation de la pesanteur agit sur la mécanique obstétricale                                     la pesanteur ajoutée à la force des contractions utérines (force musculaire, dynamique du bassin, force de la respiration) sont orientées mécaniquement pour la naissance de l’enfant : à l’horizontale, ces forces luttent les unes contre les autres, à la verticale, elles agissent les unes avec les autres
  • La position verticale agit sur le temps de travail et la douleur :                                      en position horizontale, il y a un travail supplémentaire de lutte contre la pesanteur ce qui entraîne un travail plus long, plus fatigant plus douloureux ; en position verticale, la pesanteur aide à la dilatation du col par l’appui continu de la tête de l’enfant sur le col de l’utérus ; pendant la contraction, l’utérus s’allonge légèrement, se redresse et vient se placer dans l’axe du bassin
  • La position verticale favorise la circulation du sang mère/enfant                                               la position sur le dos entraîne une compression des gros vaisseaux qui existe encore un peu même allongée sur le côté
  • Les efforts de poussée utilisent la pesanteur                                                                               il n’y a pas de perte d’énergie : la force de la musculature abdominale et les efforts de poussée vont dans le sens de la pesanteur et du vagin orienté vers le bas ; c’est la voie de moindre résistance ;                                                                                          en position horizontale, le vagin décrit une courbe vers le haut (franchement, trouveriez-vous facile d’uriner ou d’aller à la selle en position couchée ? quiconque a dû se servir d’un bassin sait que ce n’est ni naturel ni facile !)

 

En position verticale, la femme fait littéralement naître son enfant, elle s’accouche en suivant le sens de la pesanteur, aidée par la sage-femme, entourée, secondée par son compagnon qui peut la soutenir dans un corps à corps rassurant : tous les deux forment un « giron » dans lequel pourra se blottir l’enfant.

 

 

LA POSITION VERTICALE, c’est la position la plus ancienne, la plus naturelle, la plus physiologique et même la plus pratiquée : deux femmes sur trois dans le monde l’utilisent, (tant qu’elles n’en sont pas dépossédées par des habitudes médicales) : debout, assise (sur un siège, contre ou face à leur compagnon), accroupie, à genoux…

notes à partir des interventions de Jeannette Bessonart

Partager cette page

Repost 0
Published by