Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de irene.autour-de-la-naissance
  • : échanger des vécus, des expériences autour de la grossesse, la naissance, l'allaitement, l'accompagnement haptonomique
  • Contact

Texte Libre

Recherche

4 décembre 2021 6 04 /12 /décembre /2021 19:55
e fais passer ce message;
c'est un peu long mais je vous en prie lisez jusqu'au bout: c'est super important, c'est une très juste analyse! il est grand temps que les sages femmes soient VRAIMENT RECONNUES
 
 
Bonjour à toutes, bonjour à tous,
Nous, sages-femmes, voudrions revenir sur certains points car ce que nous lisons, entendons, ces derniers temps ne nous semble pas refléter la réalité de notre mouvement de grève.
Un communiqué de presse émanant du gouvernement et relayé partout annonce qu'on nous aurait accordé 500 euros d'augmentation mensuelle: 183 euros du Ségur (que nous ne considérons pas comme une avancée puisqu'elle rattrape simplement un oubli incompréhensible: les sages- femmes avaient été "oubliées"!) + 78 euros indiciaires + 240 euros de prime (qui ne seront donc pas versés si arrêt maladie ou congé maternité et qui ne comptent pas dans le calcul des retraites) =78 euros. Merci beaucoup mais on est loin des 500 annoncés.
Les sages-femmes territoriales (sages-femmes de PMI) auront uniquement les 78 euros.
Les libérales n'auront rien. Pour info, les sages-femmes (profession médicale, 5ans d’études) gagnent, en libéral, en moyenne autant qu'un orthoptiste ou un podologue (3 ans d'études), et 1200 euros net de moins qu'une infirmière (3ans d'études aussi). Ces professions paramédicales sont pourtant bien loin de notre niveau de responsabilité, nous qui veillons sur la santé et la vie des femmes et de leurs enfants.
Depuis de nombreuses années on nous remercie pour la qualité de notre travail de prévention. La dernière fois c'était en septembre par le ministre de la santé lui-même. En effet, la prévention est un investissement sociétal qui permet de faire des économies majeures : en prévenant et dépistant, on baisse les coûts de santé puisque les pathologies n'apparaissent pas. Donc on économise sur les passages aux urgences, les opérations, les médicaments, les consultations... mais aussi sur les dépenses sociales qui n'auront pas lieu (protection de l'enfance par exemple)
La liste des actions de dépistage et de prévention menées par les sage-femmes est vertigineuse (dépistage du diabète, de l'hypertension, aide au sevrage tabagique, violences au sein des familles, cancer du col de l’utérus, mort subite du nourrisson, maladies sexuellement transmissibles, vaccination, dépressions anténatales et du post-partum, ivg... ) Et plus les années passent, plus on rajoute de cordes à nos arcs. Nous sommes en accord avec cela, mais malheureusement, la prévention prend du temps car elle nécessite de faire de la pédagogie en plus de réaliser des actes techniques. Les consultations des sages-femmes sont donc largement sous- évaluées et ne permettent pas/plus aux sage-femmes de faire le travail de qualité qu'elles voudraient faire : Nos actes n'étant pas assez valorisés, les structures qui emploient les sages-femmes n'ont pas intérêt à augmenter leur masse salariale en embauchant plus de sages-femmes... Donc les hôpitaux et les PMI resserrent les effectifs, réduisent la qualité des soins apportés à la population et les plus fragiles en pâtissent les premiers. Est-il normal que les structures de soins soient gérées comme des entreprises? Puisque la qualité de nos actions est reconnue implicitement en nous mettant toujours plus en avant, ne pensez-vous pas que nous méritons une valorisation concrète de nos actes? On sait nous dire combien coûtera notre "augmentation" qui n'en est pas une mais qui peut chiffrer les économies colossales qui sont faites grâce à nous? Quand décidera-t-on que les sages-femmes seront enfin rémunérées à hauteur de leurs compétences?
On nous accorde une 6ème année d'études et c'est très bien pour nos étudiants exsangues qui font actuellement 1400h de plus en 5ans que les étudiants dentistes qui font déjà 6 ans d'études. Mais qui va accepter de faire 6 ans d'études avec notre niveau de responsabilité en étant si peu rémunéré (actuellement 1700 euros à l'hôpital en début de carrière) quand bien même nous aurions 78 euros de plus et une prime de 240 euros? C'est ridicule tout simplement.
De plus, dans les hôpitaux les sages-femmes sont gérées par les affaires paramédicales alors qu'elles exercent une profession médicale. Pourquoi ?
L'autre requête majeure des sages-femmes est qu'elles demandent une révision indispensable et urgente des décrets de périnatalité. Ceux-ci régissent notamment les effectifs des établissements selon leur nombre d'accouchements par an. Les décrets actuels sont basés sur une pratique hospitalière qui n'a plus cours puisque de nos jours les femmes qui accouchent veulent de plus en plus pouvoir se mobiliser, souvent sans péridurale ou avec une péridurale déambulatoire, et que leur projet de naissance soit respecté le plus possible. Nous soutenons ces évolutions, qui sont encouragées par ailleurs par l'HAS (Haute Autorité de Santé), et qui permettent aux femmes de se réapproprier leur corps, leur individualité et la naissance de leurs enfants. Mais cela nécessite beaucoup plus de temps de présence. Sans compter que les décrets de périnatalité ne tiennent pas compte des accouchements survenus avant 22 semaines d'aménorrhée ni de ceux qui font suite aux interruptions médicales de grossesse qui se font aussi en salle de naissance, ni des heures consacrées à la surveillance des femmes présentant des pathologies nécessitant une surveillance continue de la mère et de son enfant à naître (poussée hypertensive, fièvre importante, menace d'accouchement prématuré en phase aiguë, hémorragie de la délivrance, etc...) qui sont prises en charge en salle de naissance également... Ces femmes, ces couples nécessitent d'être choyés, d'être accompagnés pour traverser des angoisses quelques fois massives, et pour certains des deuils éminemment douloureux lorsqu'ils perdent un enfant. Les sages-femmes sont là aussi pour eux. Au-delà des images d’Épinal de notre profession, c'est peut être là que notre profession prend tout son sens. En accompagnant la vie dans toutes ses dimensions, de la plus grande des joies à la plus dure des réalités.
Nous demandons que tout soit mis en oeuvre pour nous permettre d'accompagner toutes nos patientes le mieux possible. Les décrets de périnatalité et leur application à la lettre font qu'actuellement, partout sur le territoire français, les sages-femmes sont en grande souffrance institutionnelle car en grand sous effectif. Dans de nombreux établissements, la charge de travail est telle qu'il n'est même plus question pour les sages-femmes d'avoir le temps de manger ou même d'uriner lors de leurs gardes de 12h. Et, inévitablement, la qualité des soins physiques et psychiques apportés aux patientes/aux couples s'en ressent. Au détriment des femmes. Encore des femmes... Pourtant, il s'avère que la 1ère cause de mort maternelle en France après une naissance est le suicide. Comment est-il possible de savoir cela et de négliger à ce point les conditions d'accouchement des femmes? Quand se décidera-t-on à refuser résolument les violences obstétricales engendrées par le système?
Si certaines sages-femmes ont peut être été satisfaites des qualités d'écoute de notre président-candidat, la plupart d'entre nous attendent beaucoup plus de sa part et pour le moment le compte n'y est pas du tout.
Alors que les violences faites aux femmes étaient la grande cause du quinquennat, les maternités sont en danger de désertion et de burn out. Si le président a "tout compris" comme l'a dit notre consœur interrogée par LCI, il sait que ce ne sont pas ses mots qui sauveront le système de soin obstétrical mais :
- des décrets pour permettre aux femmes d'accoucher comme elles le méritent, en sécurité, et en étant accompagnées pleinement par des sages-femmes disponibles pour elles dans ce moment fondateur unique qu'est la naissance d'un enfant, et
-des engagements économiques à la hauteur du niveau de formation et donc de compétence des sages-femmes, maillons indispensables de la santé des femmes.
Bien à vous,
Vos sages-femmes, celles de vos mères, de vos femmes, de vos filles.
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2021 6 09 /10 /octobre /2021 20:40

Une maman a attiré mon attention sur la prochaine parution d'un livre fort intéressant qui peut nous corriger de la tentation de croire que ce que nous faisons de nos jours dans le monde occidental (et d'ailleurs surtout en France!) s'est toujours fait et se fait partout dans le monde...Débarrassons nous donc de nos idées préconçues et reçues sur l'endroit où doit dormir l'enfant, son sommeil (j'ai récemment entendu une horreur, = un cas de maltraitance, sur une maman qui avait donné une douche -froide bien sûr, ce qui fait encore plus froid dans le dos!- à son enfant qui ne voulait pas faire la sieste! que voilà une scandaleuse façon de lui donner envie de dormir!!) son alimentation, la façon de le promener (en écharpe à 80 euros praticable de 0 à 4 ans ou en poussette Rolls Royce à plusieurs centaines d'euros?) Réfléchissons à la manière  d'échapper à la société de consommation complètement inadaptée aux réels besoins de l'enfant et au mode de la pensée unique...donc dominante?

De plus, chez cet éditeur le hêtre myriadis, il y a toute une collection de titres tous plus attirants les uns que les autres...

Voilà de bonnes idées pour les acheter ou se les faire offrir (à la place de jouets beaucoup plus onéreux et sans doute beaucoup moins utiles!) ou les faire lire à l'entourage (amical professionnel...et familial) qui conteste nos façons de faire

 

https://lehetremyriadis.fr/boutique/livres/parentalite-education/pourquoi-les-bebes-dorment-ils-dans-des-lits-a-barreaux-petite-histoire-de-la-distance-parentale-natacha-butzbach/?fbclid=IwAR0gRj2KuLKS_hhSYhzujFETl98zSJ6QTIBP0Bync_WIXdjv-NmgnZkQm4g

 

cette maman, (encore elle! merci pour ses recherches, ses investissements et ses partages) m'a aussi montré un merveilleux livre sur les bienfaits de l'allaitement, avec des illustrations magnifiques...

Précisons que, si pour une raison ou une autre, une maman n'allaite pas, le bébé peut quand même profiter de certains des bienfaits évoqués dans ce livre: proximité, peau à peau, bisous, odeurs etc

file:///Users/irenepergent/Downloads/Mammife%CC%80re%20-%20Marion%20Cadet%20(1).pdf

 

j'espère que ce dernier lien peut s'ouvrir!

Notez que la maison d'édition est la même que celle citée plus haut!

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2020 2 06 /10 /octobre /2020 21:45

un clip très sympa qui décrit très bien notre situation

 

https://www.youtube.com/watch?v=37bpGE_zhvA&feature=share&fbclid=IwAR1GhLU_hCM5DyK555Y0hkDTCD-vb2ZTaCQ6glO1DgLNG96Q-yuAn05f7G0

Partager cet article
Repost0
25 février 2020 2 25 /02 /février /2020 19:29

Je viens de recevoir un article sur les plantes galactogènes

Je vous le copie (à noter : une faute pour l'hormone que nous connaissons bien et qui s'écrit: OCYTOCINE!!

 

Les plantes galactogènes, pour stimuler la production de lait maternel 

Qu’est-ce qu’une plante galactogène ?

Une plante galactogène est une plante qui va entrainer ou augmenter la production de lait par le sein maternel. Il existe également des aliments qui ont un effet galactogène.

 

Le préambule 

Avant de passer en revue les principales plantes qui favorisent la montée de lait, il est important de comprendre que la qualité et la fréquence des tétées sont primordiales.

En effet, plus la production de lait sera stimulée, plus la quantité sera importante.

Le contact peau à peau, surtout lors des premières semaines conduira à une augmentation de l’hormone prolactine à l’origine de la fabrication du lait.

Il faut aussi s’assurer que bébé prend bien le mamelon dont l’extrémité contient de toutes petites ouvertures permettant l’écoulement du lait.

Le lait est produit par des glandes appelées lobules, reliées au mamelon par des canaux galactophores.

Le lait est fabriqué à partir des liquides et nutriments consommés par la maman et il est stocké dans les lobules.

La qualité de l’eau et des aliments sera donc primordiale.

L’hormone ocitocyne permet au lait d’être libéré et éjecté dans la bouche de bébé.

Le mamelon doit être introduit profondément dans la bouche de bébé au niveau du palais.

Si malgré tout, la production de lait reste insuffisante, la maman peut avoir recours aux plantes galactogènes.

Il est conseillé de demander conseil à un professionnel, et de choisir parmi les plantes galactogènes les plus populaires.

Vous pourrez les trouver facilement en magasin bio, herboristerie ou pharmacie.

Elles peuvent être consommées sous forme de tisane ou en gélules.

Il n’existe quasi pas d’études sur l’efficacité de ces plantes, elles sont cependant utilisées pour certaines depuis des siècles avec des résultats intéressants.

 

Top 7 plantes galactogènes

1. Le fenugrec

Le fenugrec une des plantes les plus efficaces et reconnues, elle est considérée comme étant sans risques.

Outre ses qualités galactogènes, le fenugrec renferme de nombreux minéraux et vitamines, fer, phosphore, potassium, soufre, vitamines A, B, C et D, il est de surcroit riche en protéines.

Il favorise l’appétit et renforce l’action du pancréas en intervenant dans le mécanisme du glucose et en faisant baisser le taux de sucre dans le sang.

Il intervient également dans la baisse du taux de lipides et diminue l’inflammation.

Le fenugrec est un stimulant galactogène très efficace, il peut être consommé également sous forme de graines germées, ce qui décuplera ses effets.

Les résultats sont observés au bout de 24 à 72 heures.

 

2. Le chardon béni

chardon benit

Le chardon béni est reconnu efficace, associé au fenugrec.

Il est par ailleurs employé pour favoriser la digestion.

Son goût amer peut être un frein, on peut alors le trouver sous forme de gélules ou teinture.


Quelques lectures intéressantes:

 

3. L’alfalfa ou luzerne

C’est une des plantes les plus fortifiantes.

Elle est riche en calcium, cobalt, fer, iode, manganèse, magnésium, potassium, phosphore, sodium, zinc, vitamines A, B et surtout B9, B12, C, D, E et K.

Elle soutient l’équilibre acido-basique et favorise la diminution du cholestérol.

Lire : Acidose, restaurez votre équilibre acido-basique !

Les résultats sont observés entre 2 à 4 jours.

L’alfalfa se consomme aussi sous forme de graines germées, ce qui renforcera d’autant ses bienfaits fortifiants.

 

4. L’ortie

L’ortie est une des plantes les plus reminéralisantes.

Elle montre de très nombreuses vertus médicinales en plus de ses qualités galactogènes, et est utilisée depuis l’antiquité.

Elle est également riche en vitamines, elle est anti-inflammatoire et hypotensive.

Il est également possible de saupoudrer de la poudre d’ortie sur une salade par exemple.

 

5. La guimauve

Elle est utilisée surtout pour renforcer l’effet d’autres plantes galactogènes, notamment le fenugrec, le chardon béni et l’alfalfa.

Elle a également des propriétés digestives, cicatrisantes et expectorantes, elle est riche en vitamine A, calcium et zinc.

 

6. Le fenouil

fenouil

Le fenouil est une des plantes galactogènes les plus connues et facilement utilisées.

On la trouve pratiquement toujours comme ingrédient de base dans les tisanes d’allaitements ainsi que l’ortie.

Le fenouil est réputé pour ses qualités digestives, notamment dans l’apaisement des coliques.

Si bébé a des soucis digestifs, il sera d’autant plus recommandé.

Il est riche en antioxydants, calcium et vitamine C.

Il peut aussi être facilement intégré à l’alimentation en salade ou cuit à la vapeur douce.

 

7. La verveine officinale

Elle a la capacité d’accroitre la production de lait, elle est également stimulante et tonique.

 

On trouve dans le commerce des tisanes d’allaitement qui regroupent la plupart des plantes citées ci-dessus.

Leur association va en plus de stimuler la sécrétion du lait, potentialiser l’effets des plantes ainsi assemblées.

Il est également intéressant de rajouter à l’alimentation du cumin, du carvi, ou encore de l’anis.

Certains aliments vont également favoriser la lactation comme les graines germées, les amandes, le quinoa, l’orge, le topinambour et les fruits secs.

Attention certaines plantes peuvent couper la lactation, il s’agit du persil, de la coriandre, de la sauge et de l’artichaut.

 

 

Article rédigé par Laurence Guillon
Naturopathe
Laurenceguillon.naturo@gmail.com
06 07 04 26 76

  •  
  •  

     
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2020 7 19 /01 /janvier /2020 19:29

 

Mettre le bébé au sein  c'est à volonté, sans réticence et sans a-priori

Merci à GRANDIR NATURE de m'avoir envoyé de belles affichettes très explicatives (et d'autres choses très utiles aussi d'ailleurs!)

J'ai réussi finalement à contourner les problèmes techniques pour pouvoir vous les transmettre

La suivante aussi est intéressante sur le rôle du parent non allaitant, y compris si la mère a choisi de donner le biberon!

 

 

 

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2019 7 27 /10 /octobre /2019 00:14

Bien sûr, la catastrophe "Lubrizol" est loin d'être terminée et les retombées sur nos santés et surtout celles de nos enfants, sur  les sols, les produits de la terre, la faune et  la flore...

J'espère que vous n'irez pas trop sur les quais (même si la foire vous tente)

J'espère aussi que, dans la mesure du possible, vous prenez des traitements qui minimisent les effets et renforcent nos défenses

Et voilà qu'une autre contamination est dévoilée! cette fois ci directement dans le lait artificiel de grandes marques (souvent proches de grandes multinationales pas si éloignées que cela de Lubrizol (saviez vous que Lubrizol s'apprêtait à fabriquer de l'huile de palme?)

Je vous laisse juge des mesures à prendre

Quand on disait qu'il n'y avait nul besoin de remettre en cause l'allaitement maternel, nettement plus adapté (et moins pollué donc!) que tous ces laits industriels, on avait donc largement raison!

 

 

Bonjour,

Nous avons fait tester 16 laits en poudre pour bébés de grandes marques achetés en France, en Allemagne et en Hollande et les résultats sont sans équivoque. La moitié de ces produits sont contaminés par des hydrocarbures aromatiques d’huile minérale, aussi appelés MOAH. Ces substances toxiques sont suspectées d’être cancérogènes, mutagènes et de perturber le système endocrinien. Nous exigeons le rappel immédiat des produits concernés par cette contamination ainsi que des garanties pour protéger la santé des bébés. En France, les deux produits concernés sont : 

  • Nidal Lait en poudre 1er âge, De 0 à 6 mois (Nestlé)
  • Gallia Galliagest Croissance sans lactose, De 12 mois à 3 ans (Danone)

Les tout-petits ne sont pas exposés à un danger immédiat en ayant bu du lait potentiellement contaminé. Cependant, les recommandations de l’Anses, l’agence française de sécurité des aliments ainsi que de son équivalent européen, l’EFSA, sont très claires : toute exposition aux hydrocarbures aromatiques d’huiles minérales dans l’alimentation présente un danger pour la santé. 

Nous ne pouvons tolérer que les laits en poudre contaminés de Nestlé et Danone restent un jour de plus en rayons. Ils doivent être rappelés du marché immédiatement et partout.

 
 
 
 
  JE SIGNE LA PÉTITION  
 
 
 
 

foodwatch tire la sonnette d’alarme depuis 2015 sur la contamination de notre alimentation par ces dérivés d’hydrocarbures. Toutes les marques ont la responsabilité de s’engager à ne vendre que des produits alimentaires sans présence de MOAH détectable et les pouvoirs publics ont la responsabilité d’imposer une règlementation qui protège tous les consommateurs-trices, en France et en Europe.

Ensemble, nous ne lâcherons rien. Merci de signer la pétition et de partager ces informations.

L’équipe foodwatch

 
 
 
 

PS : Votre soutien est la garantie de notre indépendance : foodwatch refuse toute subvention publique ou d’entreprises qui présentent le moindre conflit d’intérêt. Plus nous sommes nombreux·ses, plus notre voix compte. Merci !

66% du montant de vos dons sont déductibles de vos impôts, dans la limite de 20% de votre revenu imposable. Par exemple un don mensuel de 10 € vous revient à 3,40 €.

 
 
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2019 6 19 /10 /octobre /2019 20:29

https://www.lemonde.fr/planete/article/2016/08/02/le-lait-maternel-premier-vaccin-des-nouveau-nes_4977456_3244.html?fbclid=IwAR3CQI1DeZzkmcPQo_9vTTQJtSEUwJKriHyNWK-pP40cYKGc8J52yhKl4_g

Voici un article très intéressant sur l'importance du lait maternel! Il est essentiel à la vie/ la survie des bébés dans de nombreux pays ...là où malheureusement une multinationale bien connue a tout fait pour décourager les femmes d'allaiter et leur faire acheter du lait artificiel industriel, ce qui est monstrueusement criminel quand on en sait le coût et quand on sait aussi les difficultés de s'approvisionner en eau potable...mais le profit avant tout

Il est aussi très important dans nos sociétés, protège bien mieux les bébés que les vaccins qu'on leur inflige mais là non plus, il ne rapporte pas d'argent ni aux labos, ni aux fabricants de lait...

 

J'en profite pour modérer ce qui est paru juste après la catastrophe écologique et sanitaire que nous traversons et dont nous ne sommes pas prêts de sortir: le lait matériel, même s'il est (un peu) contaminé par tous ces produits toxiques contient aussi des protections plus que jamais utiles et que le bébé ne trouvera pas dans des laits industriels ...et sait on à partir de quel lait ces poudres sont elles fabriquées? Quand on apprend que des ministres lèvent les précautions vis à vis des vaches!...

De notre côté, ne baissons pas notre vigilance!

Je vais essayer de vous passer un très long article scientifique sur les analyses de lait effectuées bien avant Lubrizol...mais ne suis pas sûre d'y arriver!

Cet article conclut en insistant une fois de plus sur les bienfaits de l'allaitement maternel, la balance "bénéfices/risques" étant largement en faveur des bénéfices! Il répond aussi aux questions que peuvent se poser les mères qui fument, prennent des médicaments etc

 

https://www.reseaux-perinat-hn.com/wp-content/uploads/2019/10/Article_ME_2018_Allait_mat_pollution_environnementale.pdf

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2019 5 18 /10 /octobre /2019 20:52

voici des liens transmis par le réseau périnatalité de Normandie.

Je vous laisse y trouver les infos qui vous intéressent...en sachant quand même que l'Agence Régionale de Santé, tout comme le Préfet, tout comme les "autorités" ont cherché avant tout à minimiser les risques pour "ne pas affoler la population"!...Mais quand la population se rend compte de mensonges, de non dits, quand elle est assez grande pour constater elle même des dégâts, elle ne s'affole pas, non, elle perd confiance!

Je pense à l'amertume de mes collègues du Belvédère, maternité sous le nuage toxique le 26 septembre qui étaient juste informées qu'il fallait passer dans les chambres demander de fermer les fenêtres! le confinement n'étant d'ailleurs guère plus possible dans leurs bâtiments que chez vous! Non sérieux? vous avez mis du scotch à toutes vos fenêtres? ventilation?

Les mamans qui venaient d'accoucher étaient pressées de rentrer chez elles et personne ne les en décourageait!

 

Courrier du Réseau Périnat:

Je vous joins d’autres liens transmis par Marion Colombe, consultante en lactation IBCLC à Evreux et intervenante pour l’association Accompagnement Parental :

https://www.normandie.ars.sante.fr/incendie-lubrizol-rouen-communique-ndeg-2-recommandations-sanitaires

https://www.normandie.ars.sante.fr/incendie-lubrizol-rouen-prelevements-et-analyses-effectuees

et quelques sources d’inspiration pour alimenter votre soutien auprès des mères inquiètes :

https://ibconline.ca/good-is-bad1-fr/

https://www.lllfrance.org/1108-le-lait-maternel-cest-bon-pour-la-sante

http://www.canadianbreastfeedingfoundation.org/fr/articles/protege_nouveau_nes.shtml

 

 

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2019 7 29 /09 /septembre /2019 13:05

A l'approche de la semaine Mondiale de l'Allaitement Maternel, j'aurais préféré vous communiquer une autre annonce que celle ci

Attention aux femmes enceintes et allaitantes !!! Les hydrocarbures aromatiques polycycliques ont un faible poids moléculaire et sont lypophiles. Le lait étant gras, il y a un très grand risque pour qu'il soit contaminé. Le pire c'est que ces HAP sont encore plus dangereux ingérés qu'inhalés.En tant que maman, je prends la décision d'un sevrage de mon bébé de 20 mois. En tant qu'avocat, je dépose plainte au nom de toutes les mamans qui le souhaitent avec le soutien des associations pour la promotion de l'allaitement maternel.

 

voici un post trouvé sur le Collectif Lubrizol et qui est loin d'être délirant! Que le bon sens vous guide dans votre choix car en ce moment, il va être difficile de trouver des choses saines à boire et à manger...

Certaines personnes ont pu, ont voulu s'éloigner de la zone la plus dangereuse ce week end et sont dans l'inquiétude du retour en fin de journée et dans l'angoisse de la reprise du travail, de la mise des enfants à l'école ou en crèche et il est évident que les mesures prises pour nettoyer sont vraiment dérisoires! Il ne faut pas être alarmistes mais réalistes et les mesures de précaution si facilement recommandées dans d'autres domaines  devraient être ici prioritaires! le déni, les propos minimisants et qui se veulent rassurants des autorités sont plus inquiétants qu'autre chose

Rouen et toute sa région (plus les Hauts de France, maintenant la Belgique etc) traversent une catastrophe écologique et sanitaire de grande ampleur et qui n'est pas prête de s'arranger!

Comme les autorités n'agissent pas comme elles le devraient et ne prennent pas leurs responsabilités...PRENONS LES NÔTRES!

 Ne mettez pas vos enfants à l'école ou en crèche (ou chez une assmat) si vous n'avez pas confiance dans les lieux proposés, le nettoyage effectué! Prenez des CA, des RTT, des congés pour enfants malades ou pour vous même mais ne prenez pas de risques pour leur santé, pour votre santé

Rapprochez vous des groupes de défense et d'information collectifs, des plaintes qui vont être déposées

Pour les jours à venir, je vais supprimer mes rendez vous avec des enfants ou plutôt, proposer aux parents de venir les voir chez eux

Je conserve pour l'instant mes rendez vous avec les femmes enceintes mais ma commune faisant partie de celles qui ont été "confinées" et des odeurs se faisant encore sentir plus toutes les particules invisibles et inodores qui vont encore sans doute trainer longtemps...je vous demande de prendre tout votre temps pour monter mes marches et surtout de ne pas vous essouffler. Prenez soin de vous, consultez si vous éprouvez des signes inquiétants, chez vous, au travail ou ailleurs.

Bon courage à toutes et tous

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2019 3 31 /07 /juillet /2019 15:04

Une amie vient de me poser la question sur l'influence d'une césarienne sur l'allaitement...

Depuis mon lieu de vacances, je n'ai pas d'études scientifiques sous la main ...mais au fond, qu'importe? Contentons nous de quelques réflexions:

- Après une césarienne, parfois vécue comme une déception (et chez certaines femmes , jusqu'à un sentiment d'échec, sentiment qui doit être traité et évacué en urgence) et d'autant plus si la mère avait auparavant envie d'allaiter, l'allaitement peut être un bon moyen de se donner du temps, des moyens pour établir ce contact charnel, cette proximité, le peau à peau qui a pu manquer au moment de la naissance (même si, dans ce cas, le peau à peau est souvent assuré par le père auprès du bébé; même si, en cas de biberon, on peut aussi nourrir le bébé en peau à peau ou trouver d'autres moments pour ce contact...

- Une césarienne présente des caractéristiques particulières qu'il ne faut pas négliger:

Rappelons-nous que l'hormone principale de l'allaitement est l'hormone principale de l'accouchement: l'ocytocine, l'hormone de l'amour, du plaisir, de l'attachement...Sa sécrétion pour l'allaitement prend donc la suite de sa sécrétion au cours de l'accouchement. or, celle-ci peut avoir été "mise à mal" pendant l'accouchement: long, difficile, mal vécu, décision inopinée et mal acceptée, avec regrets, manque, sentiment d'échec qui peuvent accompagner...

Les conditions de la décision de la césarienne ont elles aussi, une influence possible: état de santé de la mère, du bébé, terme etc...

Les conditions du déroulement  de la césarienne jouent un rôle aussi: anesthésie générale? rachi- anesthésie. hémorragie? présence du conjoint?...

Les suites: mère fatiguée mal installée, douloureuse, bébé dormant beaucoup (ou pleurant beaucoup!), refusant le sein, prématuré? petit poids? etc

Outre le fait que des médicaments homéopathiques peuvent tout-à-fait aider à remédier à certaines de ces situations, il faudra donc renforcer les conditions de production d'ocytocine: accueil, soutien, empathie, encouragement, confiance...tant de la part de l'entourage professionnel que de l'entourage affectif, conjoint en premier lieu! Ces conditions peuvent d'ailleurs se trouver tout autant perturbées dans un accouchement "voie basse" et c'est leur correction qui garantira le mieux un allaitement simple et épanouissant aussi bien pour la mère que pour l'enfant.

Partager cet article
Repost0