Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de irene.autour-de-la-naissance
  • : échanger des vécus, des expériences autour de la grossesse, la naissance, l'allaitement, l'accompagnement haptonomique
  • Contact

Texte Libre

Recherche

7 janvier 2022 5 07 /01 /janvier /2022 10:43

Un film magnifique, une sage-femme extraordinaire, réservez votre soirée du jeudi 20  ou votre après midi du vendredi 21 à l'Ariel

 

À la vie

Aude Pépin, France, couleur, 2021, 1h18

 

Chantal Birman, sage-femme libérale et féministe, a consacré sa vie à défendre le droit des femmes. À presque 70 ans, elle continue de se rendre auprès de celles qui viennent d’accoucher pour leur prodiguer soins et conseils. Entre instants douloureux et joies intenses, ses visites offrent une photographie rare de ce moment délicat qu’est le retour à la maison.

Séances
jeudi 20 janvier : 20h*
vendredi 21 janvier : 16h30

*À l’initiative du conseil de l’Ordre des
sages-femmes : rencontre avec Chantal
Birman, sage-femme, à l’issue de la
projection.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2021 6 04 /12 /décembre /2021 19:55
e fais passer ce message;
c'est un peu long mais je vous en prie lisez jusqu'au bout: c'est super important, c'est une très juste analyse! il est grand temps que les sages femmes soient VRAIMENT RECONNUES
 
 
Bonjour à toutes, bonjour à tous,
Nous, sages-femmes, voudrions revenir sur certains points car ce que nous lisons, entendons, ces derniers temps ne nous semble pas refléter la réalité de notre mouvement de grève.
Un communiqué de presse émanant du gouvernement et relayé partout annonce qu'on nous aurait accordé 500 euros d'augmentation mensuelle: 183 euros du Ségur (que nous ne considérons pas comme une avancée puisqu'elle rattrape simplement un oubli incompréhensible: les sages- femmes avaient été "oubliées"!) + 78 euros indiciaires + 240 euros de prime (qui ne seront donc pas versés si arrêt maladie ou congé maternité et qui ne comptent pas dans le calcul des retraites) =78 euros. Merci beaucoup mais on est loin des 500 annoncés.
Les sages-femmes territoriales (sages-femmes de PMI) auront uniquement les 78 euros.
Les libérales n'auront rien. Pour info, les sages-femmes (profession médicale, 5ans d’études) gagnent, en libéral, en moyenne autant qu'un orthoptiste ou un podologue (3 ans d'études), et 1200 euros net de moins qu'une infirmière (3ans d'études aussi). Ces professions paramédicales sont pourtant bien loin de notre niveau de responsabilité, nous qui veillons sur la santé et la vie des femmes et de leurs enfants.
Depuis de nombreuses années on nous remercie pour la qualité de notre travail de prévention. La dernière fois c'était en septembre par le ministre de la santé lui-même. En effet, la prévention est un investissement sociétal qui permet de faire des économies majeures : en prévenant et dépistant, on baisse les coûts de santé puisque les pathologies n'apparaissent pas. Donc on économise sur les passages aux urgences, les opérations, les médicaments, les consultations... mais aussi sur les dépenses sociales qui n'auront pas lieu (protection de l'enfance par exemple)
La liste des actions de dépistage et de prévention menées par les sage-femmes est vertigineuse (dépistage du diabète, de l'hypertension, aide au sevrage tabagique, violences au sein des familles, cancer du col de l’utérus, mort subite du nourrisson, maladies sexuellement transmissibles, vaccination, dépressions anténatales et du post-partum, ivg... ) Et plus les années passent, plus on rajoute de cordes à nos arcs. Nous sommes en accord avec cela, mais malheureusement, la prévention prend du temps car elle nécessite de faire de la pédagogie en plus de réaliser des actes techniques. Les consultations des sages-femmes sont donc largement sous- évaluées et ne permettent pas/plus aux sage-femmes de faire le travail de qualité qu'elles voudraient faire : Nos actes n'étant pas assez valorisés, les structures qui emploient les sages-femmes n'ont pas intérêt à augmenter leur masse salariale en embauchant plus de sages-femmes... Donc les hôpitaux et les PMI resserrent les effectifs, réduisent la qualité des soins apportés à la population et les plus fragiles en pâtissent les premiers. Est-il normal que les structures de soins soient gérées comme des entreprises? Puisque la qualité de nos actions est reconnue implicitement en nous mettant toujours plus en avant, ne pensez-vous pas que nous méritons une valorisation concrète de nos actes? On sait nous dire combien coûtera notre "augmentation" qui n'en est pas une mais qui peut chiffrer les économies colossales qui sont faites grâce à nous? Quand décidera-t-on que les sages-femmes seront enfin rémunérées à hauteur de leurs compétences?
On nous accorde une 6ème année d'études et c'est très bien pour nos étudiants exsangues qui font actuellement 1400h de plus en 5ans que les étudiants dentistes qui font déjà 6 ans d'études. Mais qui va accepter de faire 6 ans d'études avec notre niveau de responsabilité en étant si peu rémunéré (actuellement 1700 euros à l'hôpital en début de carrière) quand bien même nous aurions 78 euros de plus et une prime de 240 euros? C'est ridicule tout simplement.
De plus, dans les hôpitaux les sages-femmes sont gérées par les affaires paramédicales alors qu'elles exercent une profession médicale. Pourquoi ?
L'autre requête majeure des sages-femmes est qu'elles demandent une révision indispensable et urgente des décrets de périnatalité. Ceux-ci régissent notamment les effectifs des établissements selon leur nombre d'accouchements par an. Les décrets actuels sont basés sur une pratique hospitalière qui n'a plus cours puisque de nos jours les femmes qui accouchent veulent de plus en plus pouvoir se mobiliser, souvent sans péridurale ou avec une péridurale déambulatoire, et que leur projet de naissance soit respecté le plus possible. Nous soutenons ces évolutions, qui sont encouragées par ailleurs par l'HAS (Haute Autorité de Santé), et qui permettent aux femmes de se réapproprier leur corps, leur individualité et la naissance de leurs enfants. Mais cela nécessite beaucoup plus de temps de présence. Sans compter que les décrets de périnatalité ne tiennent pas compte des accouchements survenus avant 22 semaines d'aménorrhée ni de ceux qui font suite aux interruptions médicales de grossesse qui se font aussi en salle de naissance, ni des heures consacrées à la surveillance des femmes présentant des pathologies nécessitant une surveillance continue de la mère et de son enfant à naître (poussée hypertensive, fièvre importante, menace d'accouchement prématuré en phase aiguë, hémorragie de la délivrance, etc...) qui sont prises en charge en salle de naissance également... Ces femmes, ces couples nécessitent d'être choyés, d'être accompagnés pour traverser des angoisses quelques fois massives, et pour certains des deuils éminemment douloureux lorsqu'ils perdent un enfant. Les sages-femmes sont là aussi pour eux. Au-delà des images d’Épinal de notre profession, c'est peut être là que notre profession prend tout son sens. En accompagnant la vie dans toutes ses dimensions, de la plus grande des joies à la plus dure des réalités.
Nous demandons que tout soit mis en oeuvre pour nous permettre d'accompagner toutes nos patientes le mieux possible. Les décrets de périnatalité et leur application à la lettre font qu'actuellement, partout sur le territoire français, les sages-femmes sont en grande souffrance institutionnelle car en grand sous effectif. Dans de nombreux établissements, la charge de travail est telle qu'il n'est même plus question pour les sages-femmes d'avoir le temps de manger ou même d'uriner lors de leurs gardes de 12h. Et, inévitablement, la qualité des soins physiques et psychiques apportés aux patientes/aux couples s'en ressent. Au détriment des femmes. Encore des femmes... Pourtant, il s'avère que la 1ère cause de mort maternelle en France après une naissance est le suicide. Comment est-il possible de savoir cela et de négliger à ce point les conditions d'accouchement des femmes? Quand se décidera-t-on à refuser résolument les violences obstétricales engendrées par le système?
Si certaines sages-femmes ont peut être été satisfaites des qualités d'écoute de notre président-candidat, la plupart d'entre nous attendent beaucoup plus de sa part et pour le moment le compte n'y est pas du tout.
Alors que les violences faites aux femmes étaient la grande cause du quinquennat, les maternités sont en danger de désertion et de burn out. Si le président a "tout compris" comme l'a dit notre consœur interrogée par LCI, il sait que ce ne sont pas ses mots qui sauveront le système de soin obstétrical mais :
- des décrets pour permettre aux femmes d'accoucher comme elles le méritent, en sécurité, et en étant accompagnées pleinement par des sages-femmes disponibles pour elles dans ce moment fondateur unique qu'est la naissance d'un enfant, et
-des engagements économiques à la hauteur du niveau de formation et donc de compétence des sages-femmes, maillons indispensables de la santé des femmes.
Bien à vous,
Vos sages-femmes, celles de vos mères, de vos femmes, de vos filles.
Partager cet article
Repost0
3 décembre 2021 5 03 /12 /décembre /2021 14:28

Voici ce que je viens d'écrire sur ma page FB:

Voici quelques dizaines d'années (comme le temps passe vite! vraiment trop vite!), un 3 décembre, je vivais la naissance de Clémence, ma (deuxième) fille chérie: ce fut un rapide et bel accouchement, qui m'a donné le déclic pour entreprendre concours et études de sage-femme!
C'était un magnifique bébé (devenu depuis une magnifique jeune femme) dont le calme paraissait prouver une belle naissance... car, chez nous, on distingue et on fête les deux : l'accouchement de la mère, la naissance de l'enfant (premier message ce matin : mon fils me souhaitant un bon anniversaire!)
Oui, sans doute par déformation professionnelle? on s'attache à différencier le vécu de la mère et celui de l'enfant et de fournir aux deux un accompagnement adapté, avant, dans le moment et pour après... Quand j'y pense, quel magnifique métier que celui de sage-femme! unique en son genre: l'obstétricien-ne s'occupe avant tout de la femme, reléguant parfois l'enfant à un statut de "mobile foetal"! le/la pédiatre s'occupe principalement de l'enfant. La sage-femme accompagne les deux depuis le début de grossesse jusqu'à la marche de l'enfant! Vivent les sages-femmes! Merci Clémence de m'avoir donné l'énergie de devenir l'une d'entre elles
 
Pour celles et ceux qui me connaissez, vous savez déjà combien je tiens à bien différencier ces deux vécus, combien j'insiste sur le fait qu'ils peuvent être très différents, combien il est important de bien les observer; les respecter, les accompagner...
 
Certaines femmes auront un vécu assez "facile" de leur accouchement, par exemple sous péridurale ce qui leur aura évité de supporter les contractions, alors que le bébé qui aura assuré les efforts en grande partie seul pourra avoir un vécu différent et qu'il exprimera à sa façon jusqu'à ce qu'il soit "entendu"
À l'inverse, une femme pourra avoir eu un vécu très difficile, douloureux presque traumatisant alors que le bébé aura traversé SON épreuve beaucoup plus facilement.
N.B je ne parle pas ici des vécus des hommes, ce n'est pas le sujet du moment mais ils demandent aussi bien une très grande vigilance et la distinction entre le vécu de l'homme-père et celui de l'homme-amant/compagnon de la femme
Et les vécus lors d'une césarienne? à relier bien sûr avec les indications même de la césarienne!
 
Un des grands intérêts de l'haptonomie c'est bien d'installer une approche distincte, humaine, empathique et personnalisée aussi bien pour la femme que pour l'enfant...et aussi pour l'homme
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
27 octobre 2021 3 27 /10 /octobre /2021 00:19
LE SAVIEZ-VOUS ?
Le travail d'enfantement concerne beaucoup moins la dilatation du col de l'utérus que la force de l'utérus qui pousse le bébé vers le bas. 🤰
Nous pensons en images, il est donc nécessaire de considérer les bonnes images.
Le col de l'utérus n'est pas un sachet à zip et le but du travail n'est pas de le forcer à s'ouvrir.
Le but des contractions est de renforcer et d'épaissir le fond de l'utérus (la partie au-dessus). Lorsque l'utérus est fort et prêt, il éjectera alors le bébé, comme un piston.
Si le fond de l'utérus n'est pas solide et épais, il n'aura pas assez de force pour pousser le bébé et le col de l'utérus ne se dilatera pas. La dilatation cervicale est simplement le résultat de la puissance des muscles qui tirent vers le haut pour renforcer le fond de l'utérus.
Interpréter la progression du travail en calculant les centimètres de dilatation est une erreur. Toute personne ayant de l'expérience dans l'accompagnement des naissances saura que le col peut être manipulé (sans que cela ait d'effet sur la durée du travail), et qu'une femme avec une dilatation de 7 cm peut accoucher en quelques minutes ou en quelques heures. 🕗🕜🕡
Si nous savions ce fait sur la physiologie de l'accouchement, nous pourrions faire une grande différence pour les mères.
👉 Ce qui est important c'est d'accompagner et de soutenir la femme pour qu'il y ait une bonne chimie hormonale. Gardez-la hydratée et nourrie pour favoriser des muscles forts. Et surtout, ayez confiance en elle et en son corps. Il est essentiel de la soutenir émotionnellement pour que son corps puisse finir ce qu'il a commencé, avec son bébé.
Nous ne devrions pas mesurer ou interpréter son travail. Nous devrions lui ENSEIGNER comment fonctionne son corps, afin qu'elle puisse visualiser, pendant le travail, où elle a besoin de force.
- Carla Hartley, sage-femme traduite par Naissance mère'veilleuse -
 
je transmets ces infos très intéressantes d'une collègue sage femme... de quoi faire réfléchir sur l'accouchement et le rôle des accompagnant-e-s, non?
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 13:14

https://www.franceinter.fr/emissions/l-heure-bleue/l-heure-bleue-du-mardi-19-octobre-2021?fbclid=IwAR2AX5U08UMSGHrKYw-KtV5_43CYZhN-BLX3CnJan8hxLXTHJUhyzGPm3_s

 

Une émission super interessante!

le livre de Marie Richeux a l'air très bien

Les propos de Chantal Birman (que j'ai l'honneur de connaitre et apprécie beaucoup! mais aussi ceux de Simone de Beauvoir et de Françoise Dolto) sont très importants soulignant ce soin extrême à apporter à la femme en train de devenir mère (pendant la grossesse, en accouchant, après... ) est précieux et essentiel; soulignant la maltraitance dont elles sont souvent victimes (du fait de l'économie de gestion et de profits devenue prioritaire à l'hôpital!... maltraitance dont y sont aussi victimes les sages femmes à l'hôpital)

Plein de questions, de réflexions à partager!

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2020 6 21 /11 /novembre /2020 17:27

Nous voilà au coeur du deuxième confinement (rappel: on dit "second" quand il n'y a que deux éléments, "deuxième" quand il y a plus de deux éléments!!! il faut espoir garder!)

j'espère que vous prenez soin de vous et ne désespérez pas trop! Je vois des ombres de découragement et même de déprime qui de nouveau envahissent les gebs et en premier lieu les futures mamans car de nouveau on parle de masques obligatoires en salle de naissance!

je vous transmets donc quelques liens (en espérant que vous pourrez les ouvrir)

et SURTOUT je vous rappelle que vous pouvez toujours REFUSER de porter un masque pour l'enfantement (autrement dit la sortir du bébé, vulgairement et honteusement appemée parfois dans les bouquins ou dans le bouche de "professionnel-le-s" k'expulsion

Je vous rappelle que l'accouchement (et en particulier l'enfantement) dans son ensemble, correspond à un exploit sportif de haut niveau et que personne n'envisagerait d'obliger un athlète de porter un masque pour assurer sa performance! Une femme me disait l'autre jour que sa gynéco lui avait dit que ce n'était pas embêtant de porter un masque car le principal c'était l'expiration!!!  si!si! c'est vrai il y a des gens pour dire ça et donc ignorer qu'avec un masque on 're-inhale" ce qu'on vient d'expirer c'est à dire qu'on respire en circuit fermé!!!

 

j'ai aussi entendu des femmes hésitant à enlever leur masques pour ne pas risquer de contaminer l'équipe soignante!!! Franchement ce n'est pas le problème de la femme qui accouche! l'équipe soignante a ou devrait avoir les moyens de se protéger (visières etc) , de faire des tests salivaires etc mais en tous cas n'a pas le droit de contraindre la femme à être ..."muselée" et asphyxiée!

https://www.rtbf.be/info/dossier/les-grenades/detail_femmes-enceintes-et-coronavirus-respectons-leur-accouchement-une-opinion-de-marie-helene-lahaye-feministe-juriste-blogueuse?id=10464971&fbclid=IwAR2sQ21j6O2LGhyJL-Em1cEHZ3_M3SOD9q4Xs7JxurLg86oJFgR6ThwuJ_Y

 

si vous n'arrivez pas à ouvrir le lien vous pouvez aller sur le blog de Marie Hélène!

 

et bien sûr consulter aussi le site de l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) que cite d'ailleurs Marie Hélène et que vous pouvez mettre en avant si on vous donne des consignes...contraires à la logique et à la bientraitance

https://www.who.int/fr/news-room/q-a-detail/q-a-on-covid-19-pregnancy-and-childbirth

et vous pouvez comparer les directives de l'OMS avec les consignes du ministère

https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/les-conditions-d-accouchement-en-periode-de-covid-19?fbclid=IwAR339z5PDFDI4zwFu9DrxjgAdP-1Zln-2ESCJfwzV1_LdpQPXSigFupjnrA

(je vous donne des liens anciens! regardez les plus récents bien sûr!

 

et je vous mets (ou remets? ) ici un article de Marie Hélène justement

Alors que la campagne contre le port du masque pendant l'accouchement menée par est de plus en plus relayée par les médias, le Collègue National des Gynécologues et Obstétriciens français a adopté des recommandations hostiles aux femmes.
Elles encouragent fortement le port du masque pour les femmes en ces termes : "Le port du masque est recommandé en présence des soignants. Pendant les efforts expulsifs, le port du masque est souhaitable car il protège les soignants et la femme elle-même. Il ne peut être imposé. On peut proposer le recours à une visière adaptée au visage de façon à faciliter les efforts et la communication avec l’équipe soignante. Si la patiente n’a ni masque ni visière, le masque porté par le personnel doit être un masque FFP2 de manière à apporter une protection maximale
au personnel de santé (+ lunettes de protection)."
🔴Je retiens surtout, au milieu du texte, la phrase "IL (le masque) NE PEUT ETRE IMPOSE". Encouragez donc toutes femmes à arracher leur masque si elles le souhaitent.🔴
Je salue ici la ténacité du Dr Philippe Deruelle qui c'est battu bec et ongles pour des recommandations respectueuses des femmes et de l'état de la science. Il vient de décider de quitter ses fonctions de secrétaire du CNGOF, en déclarant dans La Croix « Je pensais que la profession avait évolué, mais elle ne sait toujours pas écouter les femmes, regrette-t-il. Comme je suis minoritaire au bureau du Collège, j’ai démissionné. »

 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2020 1 05 /10 /octobre /2020 23:32

Les futurs parents ne sont toujours pas à l'aise pour les conditions d'accouchement qu'on va leur proposer et le vécu de certaines femmes ayant accouché pendant et depuis le confinement s'apparente bel et bien à des violences médicales et obstétricales.

Je vous transmets un article paru dans la Croix et communiqué par Marie Hélène Lahaye, grande combattante contre les violences gynéco et obstétricales.

Il est à remarquer que le gynéco qui a réussi à faire passer cette "avancée" a, juste après démissionné tant l'hostilité de ses confrères (con-frères?) était insupportable!

 

https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Accoucher-masquee-gynecologues-divises-2020-10-02-1201117190?fbclid=IwAR2o3-dfhXtYQwXXU9vkcsyedAQ-R-m0XeWkeCjG2URQYIlJ495cc4wfhY8

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2020 6 11 /07 /juillet /2020 21:33

Voici un article qui nous vient de Belgique mais qui trouve tout à fait son intérêt en France...

https://www.rtbf.be/info/dossier/les-grenades/detail_accouchement-respecter-les-femmes-ferait-economiser-50-millions-d-euros-par-an-a-la-securite-sociale-les-grenades?id=10415642&utm_source=rtbfinfo&utm_campaign=social_share&utm_medium=fb_share&fbclid=IwAR3Q1r0__ShvERQsB3sFVkKt6hCvNjk68iccv8OLLaVKHWHW5ev1MEcTYdc

Comme beaucoup de femmes, d'hommes aussi, et pas seulement des féministes enragé-e-s (euh je voulais dire "engagé-e-s") je ne décolère pas de voir un ministre de l'intérieur accusé de harcèlement, de viols (n'est ce pas lui aussi qui avait oublié de déclarer ses impôts étant quasi "allergique" à toute démarche administrative?) ,...mais bien sûr, il sera sûrement bien protégé par un ministre de la justice tenant des propos si insultants auprès des femmes et soutenant la drague, le harcèlement et même le viol! Les Droits des Femmes ont de beaux jours devant eux! Raison de plus pour demander des  conditions les plus humaines et respectueuses possible pour accoucher!

Partager cet article
Repost0
14 mai 2020 4 14 /05 /mai /2020 02:58

https://www.nouvelobs.com/nos-vies-intimes/20200513.OBS28770/accouchement-en-temps-de-covid-j-ai-traverse-seule-14h-de-contractions-c-est-criminel.html?fbclid=IwAR2-Wq4_HbSnTKTvxkjiU8J0LqTbz9rdaUkuwKJTimuU9ylBn47s6aPw7oA

Partager cet article
Repost0
14 mai 2020 4 14 /05 /mai /2020 00:03

entracte!

une petite interview qui me semble intéressante:

https://www.facebook.com/brutofficiel/videos/145722873320801/

 

je crois que je connais la sage femme dont il est question!

 

encore une fois, ici le débat n'est pas: accoucher à la maison ou accoucher à l'hôpital!

avoir une péri ou pas!

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0