Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de irene.autour-de-la-naissance
  • : échanger des vécus, des expériences autour de la grossesse, la naissance, l'allaitement, l'accompagnement haptonomique
  • Contact

Texte Libre

Recherche

20 mars 2018 2 20 /03 /mars /2018 12:24

Vendredi et samedi, j'étais à Nantes pour 

- l'Assemblée Générale de l'ANSFL= Association Nationale des Sages Femmes libérales 

le vendredi, réservée aux adhérent-e-s

- le samedi, Colloque organisé par l'association mais ouvert à toutes et tous

 

Mais je crois que nombreux sont ceux qui pensent que le métier de sage femme se limite à la grossesse (et juste après) alors que la sage-femme peut accompagner les femmes de la puberté à la ménopause et même après...

Je vous mets donc un des foyers de l'asso (qui n'est pas forcément complet ni détaillé) ...en attendant mon compte rendu de colloque!

 

RETOUR DE COLLOQUE
Partager cet article
Repost0
21 janvier 2018 7 21 /01 /janvier /2018 21:52

Intervention de Anne Lassaux , médecin anesthésiste

traduisons son intitulé plus simplement:

DOULEURS APRÈS L'ACCOUCHEMENT! (parfois longtemps après!)

Il peut y avoir

persistances des douleurs de la Grossesse: lombalgies, douleurs de la ceinture pelvienne, des sacro-iliaques, de la symphyse pubienne

des douleurs aigües après un accouchement traumatique par voie basse; des douleurs mal contrôlées après une césarienne; des douleurs au niveau de la péridurale

des douleurs lors des rapports sexuels

Ces douleurs peuvent être ou devenir chroniques (de 1 à 18% des cas) déboucher sur des dépressions (11%)...

Mme le Docteur Lassaux voit beaucoup de patientes qui consultent pour ce genre de douleurs...Elle trouve que la douleur reste le parent mal aimé des études de médecine et qu'elle devrait être  beaucoup plus abordée..;Elle trouve qu'on ne devrait plus faire de forceps (d'extraction instrumentale) et qu'on fait beaucoup trop de péridurales (rappelons qu'elle est médecin anesthésiste!)

Elle prescrit beaucoup de Versatis mais celui ci n'est pas efficace en cas de douleur profonde après pose de péridurale (je pense à des patientes qui se sont plaintes très longtemps de ce gene de douleur sans pouvoir être prises au sérieux!) et dans ce cas il faut faire des injections...pas toujours efficaces non plus d'ailleurs...

Elle précise que tout traitement de douleurs implique souvent de travailler en interdisciplinarité (c'est à dire non pas en "se renvoyant " la patiente mais en rassemblant nos écoutes et nos réponses)

Toute douleur doit être dite et entendue, reconnue

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2018 7 07 /01 /janvier /2018 23:20

Retour d'Auxerre

Intervention d'Isabella Chanavaz -Lacheray,

"gynécologue obstétricienne, à l'origine du premier centre expert français de diagnostic et de prise en charge multidisciplinaire de l'endométriose...CHU de Rouen "

ainsi est-elle présentée sur le programme... Isabella, je la connais, je la connais depuis ses "débuts" au Belvédère, débuts très prometteurs aussi bien dans ses compétences que dans son humanité...
Alors, installée au premier rang, j'ai hâte de l'entendre eæt m'étonne de lui trouver un air un peu triste en attendant son tour de parole et me dis que j'interprète, c'est tôt le matin, l'ordre des intervenant-e-s a été modifié et son intervention "pêchue", dynamique, drôle et sérieuse à la fois (elle a quasi droit à une "standing ovation") me convainc de ma mauvaise interprétation...interprétation qui va, hélas se trouver confirmée quand toutes les sages femmes de Normandie la retrouveront après, heureuses de bavarder avec elle et qu'elle nous dira qu'elle se voit obligée de quitter ce service qu'elle a monté et auquel elle a donné son âme, son coeur, son temps car on lui coupe les vivres, on lui enlève tous les moyens de travailler correctement...son collègue et ami est déjà parti elle va devoir faire de même..oui il y a de quoi être triste!.

Si je vous dis cela en introduction, c'est non seulement pour vous dire que la guerre des ego, la guerre des pouvoirs, les jalousies existent partout, que les contraintes financières ruinent le(s) service(s) public(s) mais aussi que, mieux éclairée sur cette maladie et décidée après son exposé à adresser toutes les patientes en souffrant vers ce service, je ne saurai plus où les orienter maintenant!

Mais revenons à l'endométriose: des choses importantes à retenir:

- c'est une maladie chronique à vie! c'est une maladie évolutive

- c'est une maladie très invalidante malheureusement mal connue y compris dans le monde médical (même chez les gynécologues!) avec souvent un diagnostic très tardif  (souvent 6,7 parfois 10 ans après le début!) et une prise en charge inadaptée

- une femme sur 10 en souffre!  une femme sur 3 pour celles qui présentent des problèmes d'infertilité

- CE N'EST PAS NORMAL D'AVOIR MAL PENDANT SES RÈGLES! les jeunes filles qui manquent l'école, doivent rester couchées, font parfois des malaises, sont peu calmées par des antalgiques (souvent plus par des anti-inflammatoires) sont sûrement en train de développer une endométriose qui devrait être diagnostiquée et prise en charge au plus vite... la contraception orale qui leur sera souvent prescrite ne fera que masquer et retarder le problème.Les stades de gravité vont de 1 à 4  si certaines femmes vont rester toute leur vie aux stades 1 ou 2, aucune ne commence directement au stade 4!

LES CAUSES

l'endomètre, c'est la muqueuse qui tapisse l'intérieur de l'utérus, qui mesure deux millimètres juste après les règles, DIX millimètres à l'ovulation pour continuer à s'épaissir au cas où un oeuf viendrait s'y implanter pour lui fournir ainsi un nid douillet...Pas d'oeuf? la muqueuse qui s'est donc épaissie pour rien est évacuée: ce sont les règles Pendant cette évacuation, il est NORMAL qu'il y ait un certain reflux et que des cellules de l'endomètre aillent se balader ailleurs mais après l'organisme "fait le ménage" et s'en débarrasse (fou rire intérieur pendant cette explication: je me demande comment s'appelle l'endométriose dans un appartement quand le ménage n'est pas assez bien fait et que les choses ne sont pas à leur place! mais non je ne pense à aucun domicile précis! pas le mien voyons!) sinon, si l'organisme n'a pas bien fait le ménage, les cellules de l'endomètre restent là où elles ne devraient pas être (péritoine, cul de sac vaginal, vessie, intestin, parfois rein, parfois diaphragme, poumon...et même oeil). Ce sont des cellules très actives et très "mauvaises" si elles sont mal placées! elles vont donc faire des micro-hémorragies à chaque fois que l'endomètre normal saigne, puis avoir une réaction inflammatoire, puis les cellules se désagrègent mais laissent une cicatrice fibreuse (y compris sur des nerfs!) puis à nouveau dépôt frais, à nouveau cicatrices puis nodules.

 Donc, le reflux est normal et les tampons, cupules etc n'ont rien à voir là dedans!

il n'y a pas de lien entre la gravité des symptômes et la gravité des lésions!

LES SYMPTÔMES

- douleurs pendant les règles bien sûr

- douleurs pendant les rapports

- troubles digestifs: constipation, diarrhées, douleurs en allant à la selle

- cystites à urines claires, problèmes rénaux

-douleurs abdominales pelviennes, diffuses

- et bien sûr problèmes de fertilité

L'interrogatoire (s'il est bien fait!) est très évocateur et suffisant pour faire le diagnostic. les examens complémentaires (en précisant la suspicion) ne feront que confirmer le diagnostic ...en s'adressant à des médecins référents pour échographie pelvienne, IRM pelvienne, si nécessaire échoendoscopie et coloscanner

LE TRAITEMENT

il est donc à vie (enfin, jusqu'à la fin des règles) : il s'agit d'obtenir l'absence de règles  c'est à dire une contraception qui permet la suspension de la maladie : CO en continu DIU à la progestérone etc. Parfois, une opération sera envisagée pour enlever les nodules

Bonà savoir: il existe donc des médecins référents  et  aussi une association Association Rouendometriose et l'association EndoFrance que les patientes concernées connaissent sans doute déjà et où les autres trouveront des compléments (j'espère non contradictoires!) à ce modeste compte rendu

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 00:59

Samedi 7 février, j'étais à Paris:

Le matin pour l'Assemblée Générale de l'Association des praticiens formés à l'haptonomie: des médecins, gynéco, kiné, psy..., ostéopathes, sages-femmes (3 de Haute Normandie). Plein de riches réflexions et beaucoup de bientraitance qui circulait...

L'après-midi, réunion autour de Catherine Gueguen, pédiatre, formée et formatrice en haptonomie, formée en Communication Non- Violente et auteure du livre "Pour une Enfance heureuse..."

Elle nous a présenté ses recherches:

"Peut-on repenser l'éducation à la lumière des recherches récentes en neuro sciences affectives?... La réponse est OUI"

Son exposé fut passionant!

Dès que j'ai remis de l'ordre dans mes notes, je vous raconte!

 

En attendant,: des lectures éventuelles:

bien sûr, son bouquin "Pour une enfance heureuse"

"Les mots sont des fenêtres ou des murs " de Marshall Rosenberg (sur la Communication Non Violente

"Calme et attentif comme une grenouille "à lire et méditer avec les enfants

et aussi "L'erreur de Descartes" de'Antonio Damasio?

 

un film qui peut parait-il être vu sur le site de l'OVEO (Observatoire de violence éducative ordinaire

"Si j'aurai su je serai né en Suède" de Marion Cuerq

et le blog de Céline Alvarez, instit formidable en banlieue parisienne (remerciée depuis!)

 

et un livre dont je voulais vous parler depuis quelque temps (rien à voir avec la journée à Paris (quoique ?!):

"L'Hôpital en réanimation" oeuvre collective Bertrand Mas, Frédéric Pierru, Nicole Smolski, Richard Torrelli édition du Croquant, collection Savoir/ agir

En fait je l'ai acheté pour l'offrir, l'ai parcouru juste avant, l'ai trouvé facile à lire et expliquant bien ce que devient depuis quelques (dizaines d') années notre système de santé: hôpitaux, cliniques, Sécu, parcours de soins, libéralisme et profits et les conséquences pour la santé, la prise en charge des patient(e)s etc

Rien à voir avec le samedi 7 février? pas si sûr!

car Catherine Gueguen et nous tous avons pu déplorer les effets de la politique gestionnaire, course aux profits, turn-over et cette tendance de plus en plus fâcheuse de raccourcir les séjours en maternité avec des conséquences déplorables que nous constatons de plus en plus: baby-blues et même dépressions, problèmes d'allaitement, stress des parents, problèmes de santé des bébés....

Ne nous laissons pas abuser par la tentation de rentrer trop vite, trop tôt à la maison sans toujours y trouver le soutien médical, ménager etc souhaitable... Consolation: lundi j'étais à une réunion avec mes collègues libérales de Seine Maritime, plusieurs viennent de s'installer, certaines d'ailleurs ne font que du domicile, elles sont disponibles et peuvent vous "épauler" si besoin ! N'hésitez pas à faire appel à elles aussi

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 18:57

Je rentre d'une formation sur l'allaitement...

La pédiâtre, Laurence Delhaye qui nous la donnait (avec une sage-femme) au Belvédère, était déjà venue parler du sommeil à l'association des sages-femmes libérales de Normandie (mais j'étais absente à cette journée, étant à une autre formation sur Paris!)

 

Mais bien sûr, parler de l'allaitement, c'est aussi parler du sommeil...

Cela (pré)occupe beaucoup de parents, cela fournit un grand nombre de consultations pédiâtriques et cela est souvent (toujours!) évoqué lors des séances "hapto-post"...

 

Je ne peux malheureusement pas vous transmettre le power point correspondant (d'ailleurs difficilement compréhensible sans les explications orales!) je vous en communique donc quelques extraits:

- la durée du sommeil est variable chez les individus (il est normal quand on ne ressent pas de fatigue diurne)

- à une semaine, le nouveau né dort environ 16 heures, les phases de sommeil et de veille alternant et étant également réparties entre le jour et la nuit

- tous les nourrissons boivent la nuit entre 4 et 9 semaines

-61% des enfants aussi entre 9 et 26 semaines (= 6 mois environ)

- si votre bébé fait ses nuits très tôt, tant mieux pour vous, mais il fait simplement partie des 2% qui n'ont pas besoin de boire la nuit ce qui n'a rien de "normal" (ni d'"anormal" plutôt d'exceptionnel)

- 2 mères sur 3 ont "besoin" (pour leurs seins!) d'allaiter la nuit jusqu'aux 6 mois de leur enfant (donc les deux besoins correspondent! c'est super!)

- il n'y a aucune différence sein ou biberon dans le nombre de tétées nocturnes jusqu'à 9 semaines... (mais quand l'allaitement est bien instalé, le père peut envisager de donner un bib (de lait maternel!) pour que la mère se repose?

ne pas oublier que:

les tétées nocturnes représentent 20% de la ration journalière de l'enfant

l'intervalle de temps entre deux tétées (statistiquement établie par l'étude de Kent à 2h18 minutes) est indépendante du volume de lait et de la richesse calorique de la tétée d'avant! c'est pas "plus je bois, plus je dors!" (n'avez vous jamais eu de mal à vous endormir après un repas copieux?) donc pas de complément, pas de bouillie etc

donner un complément à un enfant le soir "pour qu'il dorme mieux" ne change rien au contraire (ces parents là dorment en moyenne 45 minutes de moins que les autres!)


que la suppression des tétées nocturnes n'a rien à voir avec le poids de l'enfant comme on l'entend parfois...

mais c'est une question de maturation et c'est vers 6 mois que l'enfant peut être prêt pour cela!

"on ne demande pas à un enfant de 3 mois de faire du vélo!"

à partir de 4- 6 mois ne plus endormir l'enfant contre ses parents: juste le laisser s'assoupir: le parent ne doit pas servir de doudou à l'enfant!

LE PETIT TRAIN DU SOMMEIL

 entre 0 et 2 mois

2 wagons et des cycles de 50 minutes: un premier sommeil agité (voire très agité) et un second de sommeil calme et un 2 ème train suit c'est le wagon "agité" qui perdure les parents (surtout les trains qui suivent le premier) et les amène parfois à ...réveiller l'enfant!

entre 2 et 6-9 mois 

3 wagons,et des cycles de 70 minutes sommeil paradoxal (= agité) sommeil lent léger et sommeil lent profond

jusque là l'endormissement est facile

entre 9 mois et 3 ans:

3 wagons des cycles de 70 minutes ; sommeil lent léger, sommeil lent profond, sommeil paradoxal

des difficultés d'endormissement peuvent apparaitre, des "terreurs nocturnes" vers un an, l'enfant peut refuser d'aller se coucher mais...

si un rituel d'endormissement a été mis en place avant cela aide à ce que cela passe mieux

de 3 ans à 6 ans:

4 wagons et des cycles de 90 à 120 minutes:

sommeil lent léger, sommeil lent profond, sommeil lent très profond, sommeil paradoxal...

 

Pour manger, il faut être (bien) réveillé et être "organisé"= calme: un bébé qui pleure est "désorganisé": il ne faut pas attendre qu'un bébé pleure pour lui donner à manger (ni le réveiller si aucune nécessité médicale!): guetter les signes de faim le réflexe de fouissement voulant dire "j'ai faim!"

 

à suivre

 

ENCORE UNE CHOSE TRES IMPORTANTE

l'équipe de soutien à l'allaitement au Belvédère est solide , compétente, disponible (2 pédiatres, 4 sages-femmes)...à la disposition de toutes les femmes qui en ont besoin et pas seulement celles qui ont accouché au Belvédère (ouf! car dans les autres maternités une telle équipe n'existe pas, ni la formation qu'elle s'efforce de donner à tout le personnel et dans les propos que j'entends ce manque de soutien pèse vraiment lourd!)...

Vous pouvez la contacter:

par mail: soutien.allaitement@ch-belvedere.fr

par tel: 0235156331 (là peut-être en insistant ou en "trichant" un peu auprès de la secrétaire pour avoir un RV rapidement)

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 17:03

Donc, la semaine dernière, j'étais en formation à Paris; formation pour les sages-femmes libérales autour de l'analyse de leurs pratiques...

A vrai dire, cette formation, je l'avais déjà faite voici deux ou trois ans! mais j'avais beaucoup aimé: j'avais envie à nouveau de réfléchir sur ma pratique, encore plus envie d'échanger avec des collègues et surtout de retrouver la sage-femme formatrice que j'avais beaucoup appréciée pour toute sa rigueur mais aussi sa chaleur humaine

Mais j'étais la seule sage-femme à ne recevoir que des couples en individuel en faisant exclusivement de l'haptonomie...Alors, bien sûr, nos pratiques et nos problématiques pouvaient être différentes...j'ai pu par moments regretter de n'avoir pas de "groupes" où la dynamique peut se révéler plus intéressante et où j'aurais pu appliquer plus facilement certains thèmes abordés (mais certaines collègues ont pu envier sans doute mon accompagnement en couple!)

 

Pourtant, nous avions avant tout un souci commun: celui de bien accompagner, la femme, le couple, dans sa parentalité, celui de s'assurer que les meilleures conditions étaient réunies pour l'arrivée d'un (ou de plusieurs) bébé(s); celui de donner les moyens à cette femme, à ce couple de surmonter les (éventuelles) difficultés et de pouvoir (se) faire confiance pour renforcer leur autonomie et ainsi transmettre à leur(s) enfant(s) cette base de départ...Finalement ça fait penser à l'hapto, vous ne trouvez pas?

Pourtant, nous nous sommes aussi trouvées confrontées à des problèmes communs: une (sur) médicalisation envahissante, potentiellement angoissante mais surtout diminuant la prise d'autonomie des couples, un air ambiant incitant à la passivité et au besoin d'être pris en charge, assistés...; une peur de perdre ses moyens face au "corps médical" face aussi à son propre corps...

Nous avons discuté, réfléchi, fait des jeux de rôles  et avons réalisé que plus le couple est serein, à l'écoute des réactions physiques et  émotionnelles qui se jouent pendant la grossesse et surtout pendant la naissance, plus leurs demandes seront entendues, respectées et même encouragées... et la sage-femme la plus "accrochée" aux protocoles de son établissement, la plus "rigide" dans son comportement (allez! c'est rare mais ça peut se trouver! les rages de dents ça touche tout le monde!) ne pourra qu'être convaincue par la justesse de votre demande, expliquée calmement et avec conviction... et si ça ne marchait vraiment pas, elle pourrait toujours passer la main à une collègue ou c'est vous qui pourriez le demander...

 

Je reviendrai sans doute sur quelques moments clés de ces deux jours (mais il y aura la suite en décembre!) mais je tenais dès maintenant à partager cela avec vous!

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 22:54

C'est le test de Fagerström

 

Pour indiquer votre dépendance au tabac...

 

 Combien de temps après votre réveil fimez-vous votre première cigarette?

-  dans les 5 minutes   (3) - de 6 à 30 minutes  (2)

-  de 31 à 60 minutes   (1) - après 60 minutes (0)

 

Trouvez-vous difficile de ne pas fumer dans les endroits où c'est interdit?

- Oui  (1) - Non (0)

 

A quelle cigarette de la journée vous serait-il le plus difficile de renoncer?

- la première (1) - une autre (0)

 

Combien de cigarettes fumez-vous par jour?

- 10 ou moins  (0) - 11à  20 (1)

-21 à 30 (2) - 31 ou plus (3)

 

Fumez-vous à un rythme plus soutenu le matin que l'après- midi?

- Oui (1) - Non (0)

 

Fumez-vous lorsque vous êtes si malade que vous devez rester au lit presque toute la journée?

- Oui (1) - Non (0)

 

Voilà! Commptabilisez les chiffres entre parenthèses; les résultats vont suivre prochainement avec plein d'autres infos!  

Je reviens d'une journée de sensibilisation sur le tabac, j'y ai appris plein de choses et vais les partager avec vous

 

 

Partager cet article
Repost0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 14:46

Depuis le temps que je veux revenir vers vous et écrire ici et...que je ne le fais pas!...

Oui, c'est vrai, mon voyage en Palestine m'a assez "chamboulée"  et il y a le retour car, comme nous étions un (petit) groupe, nous avons chacun(e) nos notes à transcrire, des compte-rendus à faire des préparations de réunions "bilan" (et perspectives) à organiser...

Mais je vous en reparlerai sans doute...

Le plus urgent et le principal étant quand même de vous faire écho de mes dernières journées de formation d'hapto-puériculture:

Là aussi, il va me falloir mettre mes notes au clair et en faire des résumés fidèles et les plus complets possible...

En attendant: quelques réflexions lors de ces journées si riches et passionnantes:

 

LES BÊTISES:

Catherine Dolto préfère les appeler "des expériences scientifiques qui n'ont pas réussi " (ou bien cela peut être une transgression) :on ne devrait jamais les gronder (???!!!) mais au contraire valoriser tout en reconnaissant que c'est...(un peu?!) embêtant!...

Toujours chercher à savoir et à positiver ce qui a entrainé la bêtise et ce que l'enfant peut en tirer

Ca me rappelle Françoise Dolto qui, rentrant du travail, a vu qu'un de ses enfants (je crois que c'était Catherine! à moins que Carlos...?) avait écrit partout sur les murs et avait dit: "oh! mais tu sais écrire!"

 

Bon, bien sûr, mettre à tremper dans la baignoire la lettre laborieusement écrite à la main et au stylo pour votre percepteur, c'est...très... contrariant, mais découvrir que l'encre se dissout dans l'eau, ça ouvre la porte à de grandes expériences scientifiques et combien de grandes inventions ont été dues à une "erreur" (= une bêtise? genre "tarte Tatin ou ...bêtises de Cambrai!...sans parler de la découverte de la pénicilline!)

Mais tout le monde ne s'appelle pas Françoise Dolto, tout le monde n'est pas prêt à deviner le petit Einstein qui se cache derrière la "bêtise" , la journée a été bien stressante et vraiment, cette lettre pour les impôts...! oui, de temps en temps , on a des excuses si on s'énerve !

Pour les transgressions, il faut faire le tour de la pièce, (plus tard de la maison) et nommer les objets interdits, les actions interdites et tenir bon sur ces interdictions

Les enfants grandissent par identification: il faut valoriser l'identification et ne pas la confondre avec l'imitation, qui est, elle, du côté "imitation animale" "ah!oui! c'était bien (ou mal!), mais c'était pas ton idée!"...et celui qui savait que c'était une "bêtise" mais a "imité", il faut condamner cette bêtise par imitation.


Partager cet article
Repost0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 15:12

Quelques conseils intéressants pour préparer votre valise...

qui sont à adapter avec ce qu'on vous demande et ce qu'on vous propose à la maternité...

- votre dossier administratif

- trousseau pour la Maman:

T-shirts ou chemises amples et longues ou encore mieux 1 ou 2 paréos (permet d'être à l'aise et mobile pendant le travail, habillera le lit ensuite) chaussettes (chaudes) châle ou plaid (pour se couvrir et découvrir facilement la thermorégulation étant modifiée); nécessaire pour attacher les cheveux, trousse de toilette (+ de maquillage) huile de massage, gants de toilette et /ou pulvérisateur; K7, CD et l'appareil pour écouter musique calme que vous aimez; coussin ou Corpomed;

pour le séjour, vous rajouterez tenues confortables, agréables, tout ce qui peut personnaliser votre chambre, lampe de chevet à lumière douce?...; un tube de Castor Equii ou Bepanthène ou Oligoderm pour aider cicatrisation des gerçures, crevasses etc

 

- pour le papa:

tenue confortable lui permettant de se découvrir lui aussi facilement; boissons énergétiques; collations

- pour le Bébé:

bodies, pyjamas ou grenouillère (pratiques à enfiler que l'habillage et le déshabillage ne soient pas un moment de "torture"!) brassière EN LAINE , même en été (difficile à trouver et même de la "laine" pour tricoter: pensez à voir les "Clubs des ainées" qui en vendent parfois) le Bébé n'a pas forcément plus froid que nous mais il ne faut pas oublier qu'il sort de 37°; que jusqu'à 3 mois, il n'a pas assez de liberté de mouvement pour se réchauffer en bougeant et que sa thermorégulation n'est pas au point! en gros, pendant les premiers mois, il a besoin d'une couche de plus que nous; n'oublions pas que son meilleur radiateur c'est le peau à peau avec sa maman ou son papa!

chaussettes et chaussons (en laine!) bonnet (laine en hiver, coton en été) serviettes de toilettes bien douces (coton bio?) et enveloppantes; couverture ou châle

Un bébé grandit vite! selon son poids, les tenues "naissance" ou "un mois" vont être portées très peu de temps: vous pouvez vous les faire prêter et il en aura sûrement en cadeau?

 

Soutien nutritionnel pendant le travail:

dernier mois de grossesse:

infusion de feuilles de framboisier: assouplit les tissus; ne pas laisser infuser plus de 5 minutes; jusqu'à 3 tasses par jour

Boisson utéro-tonique SI besoin= pour favoriser les contractions de travail si dépassement de terme, rupture de la poche des eaux avant le travail, pré-travail long et fatiant:

Décoction: faire bouillir 15 minutes dans un litre d'eau: 5 grains de cardamone, + 5 clous de girofle + un demi bâton de cannelle, de préférence grossièrement pilés; boire un litre par jour chaud, froid, éventuellement sucré

pendant le "pré-travail" ou le travail à la maison

le corps va travailler comme un marathon (oui, les JO approchent et vous, les Mamans vous avez toutes la médaille d'or!); il a besoin d'énergie et d'hydratation; le travail ralentit la digestion ou rend parfois nauséeuse: il faut donc prendre des aliments facilement assimilables

pas de corps gras, pas de cru (sauf banan) mâcher lentement pour obtenir une bouillie alimentaire, petites et fréquentes collations (= 3 bouchées par heure + quelques gorgées par ex)

alimentation à base de sucres lents (pâtes, riz pdt, céréales) et sels minéraux; fruits secs (sauf arachide) compote, confiture, miel

pour s'hydrater: tisanes à votre goût ou décoction utéro-tonique; citronnade filtrée; boisson énergétique

Voilà! Bons préparatifs! et merci encore à Odile pour ses conseils!

Partager cet article
Repost0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 14:42

Comme cette formation est en deux sessions et que je vais bientôt faire la deuxième, il est temps que je vous donne quelques retours de la première partie!

Il arrive souvent que je vois des mamans avant l'accouchement mais surtout après, stressées et même culpablisées parce qu'elles n'ont pas réussi à "tout faire" ou qu'elles ont l'impression qu'elles n'ont pas su "bien faire"...

Cela, bien sûr, peut être le cas chez les hommes mais je l'ai moins souvent entendu...

Alors, cette méthode, que nous a fait pratiquer notre formatrice (Odile Tagawa, une super sage-femme) peut les aider:

Après chaque "exercice", jeu de rôle, anecdote de nos expériences etc, elle nous demandait de décrire les 8 points positifs que nous y avions trouvés et ensuite (et ensuite seulement les 4 points, non pas négatifs mais qui pourraient être améliorés!

je crois que les nombres pourraient être modifiés (ex: 6 points positifs, 3 à améliorer etc ) à condition de garder la proportion et surtout de trouver les points positifs d'abord!

Exercice difficile tant on est tenté par commencer par (se) dévaloriser!

Alors, faites-en l'expérience! J'ai pris l'habitude, parfois, en me couchant le soir, de chercher les 6 ou 8 points positifs de ce que j'ai fait dans ma journée (ou au réveil de ceux que je compte faire!) et des 3 ou 4 que j'aurais pu améliorer...et ça marche! et je vous assure on s'endort l'esprit plus léger.

Tenez, aujourd'hui, j'essaie de réaliser les 6 actions que je souhaite faire en cette belle journée ensoleillée (parmi elles, écrire dans ce blog!) et ce soir...je m'offre le cinéma ("Pina" magnifique film de cette magnifique femme que fut Pina Bausch, ce film étant un hymne à la Vie, à l'amour; oui, je l'ai déjà vu mais j'ai envie de le revoir)

Et ainsi, vous verrez, vous les mamans, pressées, stressées et même culpabilisées , et les papas aussi, cela vous aidera à relativiser et à être plus détendu(e)s!

Merci Odile pour cette façon positive d'aborder les choses!

Partager cet article
Repost0